FAO : le Darfour reste la plus urgente des 40 crises alimentaires dans le monde

9 octobre 2006

Quarante pays sont confrontés à des pénuries alimentaires alors que la crise au Darfour reste le problème humanitaire le plus urgent, selon un nouveau rapport de l&#39Organisation des Nations Unies pour l&#39alimentation et l&#39agriculture (FAO) sur les perspectives des récoltes dans le monde publié aujourd&#39hui.

Au Darfour, « la situation alimentaire déjà précaire pourrait empirer si la détérioration de la sécurité perturbait la récolte principale qui doit débuter dans les prochaines semaines », a indiqué le rapport de la FAO intitulé « Perspectives de récoltes et situation alimentaire ».

Les nouvelles prévisions de la FAO tablent sur une production de céréales de 2 013 millions de tonnes en 2006, soit presque 8 millions de tonnes en dessous des précédentes estimations publiées dans le rapport de juillet, souligne un communiqué publié à Rome.

La production de 2006 serait inférieure de 1,6 % par rapport à celle de 2005.

En Afrique de l'Est, les inondations, les pluies irrégulières et les déplacements de personnes liés aux conflits ont détérioré la situation alimentaire, indique la FAO.

« La plupart des régions pastorales doivent encore se remettre d'une série de faibles pluies qui a affecté sérieusement les troupeaux et entraîné une pénurie alimentaire aiguë et le déplacement de milliers de personnes à la recherche d'eau et de nourriture », explique l'agence.

En Somalie, la crise alimentaire persiste, affectant au moins 1,8 millions de personnes, précise le communiqué.

Des cas d'insécurité alimentaire localisés, principalement causés par des problèmes d'accès, sont également signalés dans plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest, notamment au Burkina Faso, en Guinée-Bissau, au Mali, en Mauritanie et au Niger.

L'aide alimentaire d'urgence est toujours nécessaire en Côte d'Ivoire, en Guinée, au Libéria, au Tchad et en Sierra Leone du fait du grand nombre de déplacés et de réfugiés.

La majorité de la population de la République centrafricaine est confrontée à l'insécurité alimentaire à cause de troubles civils qui ont perturbé la production et le commerce.

Malgré une amélioration significative des principales récoltes en 2006, l'aide alimentaire d'urgence - environ 542 000 tonnes de céréales ? est également nécessaire en Afrique australe du fait principalement de la relative inadéquation de la production, d'un chômage élevé, d'un faible pouvoir d'achat et de l'impact cumulatif du VIH/sida.

Au Zimbabwe, où l'inflation est officiellement estimée à 1 205 % en juillet 2006 et pourrait atteindre 4 000 % l'an prochain selon le Fonds monétaire international (FMI), 1,4 millions de ruraux ne seront pas capables de répondre à leurs besoins minimum en céréales au cours de la saison 2006/07.

En Angola, malgré la croissance économique et l'augmentation des revenus du pétrole, quelque 800 000 personnes vulnérables auront besoin d'environ 58 000 tonnes d'aide céréalière.

Dans la région des Grands Lacs, la République démocratique du Congo (RDC) et le Burundi sont les deux pays qui ont besoin d'une aide alimentaire.

Concernant l'Asie, la réduction de l'aide alimentaire et les dommages causés par les inondations en juillet ont accru la sévérité de l'insécurité alimentaire en Corée du Nord.

Au Timor-Leste des centaines de milliers de personnes affectées par les troubles civils ont toujours besoin d'aide alimentaire.

Plus de 45 000 personnes affectées par la sécheresse et les inondations au Népal ont reçu une aide.

Des inondations sans précédent, causées par plusieurs semaines de pluies diluviennes, ont laissé des millions de personnes sans toit et sans nourriture en Inde et au Pakistan.

En fin, en Chine, la plus sévère sècheresse des 50 dernières années a touché plus de 3 millions d'hectares de culture dans les provinces du Sichuan et du Chongqing.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.