HCR : augmentation spectaculaire du nombre de Somaliens fuyant vers le Kenya

6 octobre 2006

Le nombre de réfugiés somaliens fuyant vers le Kenya a augmenté de façon spectaculaire ces deux derniers jours, portant le nombre total de nouveaux arrivants à plus de 30.000 cette année, s&#39est inquiété aujourd&#39hui le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

« Nous sommes préoccupés car si les arrivées se maintiennent à un taux dépassant les 1.000 personnes par jour, elles risquent de peser lourdement sur les capacités limitées dont nous disposons à Dadaab », a affirmé Jennifer Pagonis, porte-parole du HCR, lors d'un point de presse à Genève.

Dadaab est une vaste enceinte qui comprend trois camps du HCR accueillant plus de 134.000 réfugiés, principalement originaires de Somalie.

« Depuis mercredi, nous avons enregistré 2.069 réfugiés somaliens, arrivés par les points frontaliers de Liboi et Amuma, alors que des informations font état d'une avancée de combattants alliés à l'Union des tribunaux islamiques sur plusieurs villes de la vallée de Juba. Deux villes situées dans cette vallée – Afmadow et Buale – seraient tombées sous le contrôle de l'Union des tribunaux islamiques plus tôt cette semaine. Ces deux villes abritent déjà des dizaines de milliers de Somaliens déplacés internes », a-t-elle expliqué.

Liboi et Amuma, sont deux points de passages frontaliers, situés à une centaine de kilomètres de Dadaab.

Le HCR a envoyé mardi deux équipes de réception à la frontière – l'une à Liboi et l'autre à Amuma. Mais l'agence, qui dispose d'un nombre limité de camions, n'a pas pu transporter tous les réfugiés attendant au poste frontière d'Amuma à Dadaab.

« Nous avons eu des problèmes liés à des mouvements de foule hier à Amuma, alors que des gens se bousculaient pour se faire enregistrer et monter dans les quelques camions disponibles », a rapporté la porte-parole. « Le calme est toutefois revenu, après que les employés du HCR ont expliqué les contraintes logistiques existantes et ont assuré aux nouveaux arrivants que tout le monde serait transféré vers les camps », a-t-elle ajouté.

« Si les arrivées continuent à Amuma, nous devrons établir un centre de réception sur place. Un autre est déjà en construction à Liboi. Amuma, qui se trouve à 80 kilomètres de Liboi, un lieu sans arbre et sans abri pour se protéger du soleil brûlant qui sévit dans le nord semi-désertique du Kenya », explique l'agence.

« La situation en termes d'eau nous inquiète également, l'approvisionnement à Amuma s'effectuant depuis une réserve d'eau qui ne se remplit que pendant la saison des pluies. Les villageois d'Amuma se sont plaints que les nouveaux réfugiés utilisent cette source, le seul point d'approvisionnement en eau potable, pour la toilette et la lessive. Cela pourrait provoquer des épidémies de maladies liées à l'eau », prévient le HCR.

Quelque 25.000 Somaliens ont trouvé refuge au Kenya depuis janvier. La plupart des réfugiés ont fuient les villes de Mogadiscio, Kismayo et Baioda, à la suite des affrontements armés entre l'Union des tribunaux islamiques et les chefs de guerre (dépêche du 22.09.06).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.