Afrique centrale : Kofi Annan prévient du risque de déstabilisation posé par le Soudan

28 septembre 2006

A l&#39occasion de la 24ème réunion du Comité permanent des Nations Unies sur les questions de sécurité en Afrique centrale, qui se tient pour la première fois à Kigali, au Rwanda, le Secrétaire général a salué aujourd&#39hui les progrès accomplis, prévenant toutefois du risque de déstabilisation que pose la situation au Soudan pour la région.

« De réels progrès ont été accomplis » au Rwanda comme dans d'autres pays de la région, a affirmé Kofi Annan, dans un message transmis par le coordonnateur des Nations Unies au Rwanda, Bintou Keita.

Le Secrétaire général a cité la signature de l'Accord d'Arusha entre le gouvernement du Burundi et le FNL ainsi que le processus électoral en République démocratique du Congo (RDC).

« J'exhorte les dirigeants politiques à faire preuve d'un véritable sens des responsabilités et à tous faire pour faire en sorte que ce processus soit achevé », a dit le Secrétaire général qui a souhaité « clore un chapitre douloureux de l'histoire ».

« Malheureusement, en dépit de ces progrès, la sous-région demeure fragile et son futur reste incertain », a-t-il poursuivi.

« Les récents événements au Tchad confirment la nécessité de promouvoir le dialogue et la réconciliation. La situation à la frontière du Tchad, de la République centrafricaine et du Soudan est pleine de dangers », a estimé Kofi Annan, prévenant qu'ils pourraient « déstabiliser toute l'Afrique centrale ».

La précarité de la situation sécuritaire résultant des abus commis par les mouvements rebelles en République centrafricaine et dans l'Est de la RDC continuent aussi, selon lui, d'être une grave source de préoccupation.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.