Coup d&#39envoi officiel d&#39UNITAID, centrale d&#39achat de médicaments pour les pays pauvres

19 septembre 2006

Accompagné de Kofi Annan, du président Lula et de Bill Clinton, Jacques Chirac a lancé aujourd&#39hui à New York le programme UNITAID, une centrale d&#39achat de médicaments pour les pays pauvres, financée en partie par une « contribution de solidarité » sur les billets d&#39avion, visant à lutter contre trois pandémies : le SIDA, le paludisme et la tuberculose.

« UNITAID repose sur un principe simple : affecter à l'achat ou à la production de médicaments une part infime des immenses richesses créées par l'accélération des échanges, pour que la mondialisation de la solidarité réponde à celle de l'économie », a déclaré le président de la France, lors de la cérémonie de lancement, organisée en marge de la 61e session de l'Assemblée générale.

Le Secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, a félicité les autorités françaises, brésiliennes, chiliennes, norvégiennes et britanniques pour avoir lancé cette « Facilité internationale d'achat de médicaments » qui permettra de « sauver des vies humaines ».

La France et le Brésil, rejoints par le Chili et le Royaume-Uni, sont à l'initiative du programme UNITAID.

C'est « un excellent exemple de source innovante de financement susceptible de contribuer à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) », a estimé Kofi Annan.

Le SIDA touche 40 millions de personnes et 90% des nouveaux cas d'infection ont lieu dans les pays en développement. Un enfant meurt toutes les 30 secondes du paludisme en Afrique. La tuberculose cause 2 millions de morts par an – 500.000 d'entre eux sont Africains.

Selon les responsables d'UNITAID, 19 des 44 pays du groupe pilote ont engagé les procédures devant conduire à l'instauration d'une « contribution de solidarité » sur les billets d'avion. Outre la France, quatre pays ont aujourd'hui mis en place cette taxe : Chili, Côte d'Ivoire, Gabon et Maurice.

D'un montant de 50 millions d'euros en 2006, cette contribution s'élèvera à 200 millions d'euros en année pleine, a précisé Jacques Chirac.

La Norvège et la Grande-Bretagne contribuent à UNITAID par d'autres biais.

L'ancien président américain Bill Clinton, dont la Fondation a prévu de lancer plusieurs projets en partenariat avec UNITAID, a également participé à la réunion. « On m'a demandé de travailler sur les problèmes des enfants atteints du SIDA [?]. On va donc négocier des prix pour les médicaments des enfants », a expliqué Bill Clinton.

Le Brésil, le Chili, la France et la Norvège ont élaboré le 2 juin dernier une déclaration conjointe sur UNITAID pour en définir la mission, les principes et les objectifs (dépêche du 02.09.06).

La première réunion de son conseil d'administration est prévue en octobre pour définir ses premières actions.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.