Liban : un mois après la cessation des hostilités, la FINUL se déclare satisfaite

14 septembre 2006

Un mois après la cessation des hostilités entre Israël et le Hezbollah au Sud-Liban, le chef de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) s&#39est déclaré satisfait de tout ce qui avait été accompli depuis le 14 août.

« La cessation des hostilités a été généralement respectée, l'armée israélienne poursuit son retrait du Sud-Liban, tandis que l'armée libanaise se déploie dans ces zones. Je m'attends à un retrait complet d'ici à la fin de ce mois », a déclaré le major-général Alain Pellegrini, commandant de la FINUL, dans un communiqué publié aujourd'hui à Naqoura.

Ce dernier a souligné que si la Mission avait observé un certain nombre « d'incidents et de violations mineures » de la résolution 1701 (2006) du Conseil de sécurité entre le fleuve Litani et la Ligne Bleue, « elles n'avaient pas eu de caractère offensif ni hostile ».

Par ailleurs, a-t-il dit, « la FINUL renforce sa présence, notamment avec des troupes françaises et italiennes », alors qu'un bataillon espagnol doit arriver demain.

« Nous commençons à avoir les effectifs dont nous avons besoin, nous avons un concept d'opérations détaillé ainsi que les règles d'engagement » qui gouvernent le comportement de la Mission.

« En travaillant en conjonction avec les Forces armées libanaises et en étroite coordination avec l'armée israélienne, je crois que nous pouvons garantir un environnement stable au Sud-Liban, dont la population a grandement besoin pour revenir à une vie normale », a estimé le général Pellegrini.

Le Secrétaire général a transmis aujourd'hui officiellement au Conseil de sécurité son rapport sur le premier mois de mise en oeuvre de la résolution 1701 (2006), qui devrait être rendu public demain.

La résolution adoptée le 11 août dernier demandait notamment la cessation des hostilités entre Israël et le Hezbollah, le retrait des forces israéliennes du Liban, le désarmement du Hezbollah et la délimitation des frontières libanaises (dépêche du 11.08.06).

Elle prévoyait aussi le renforcement des effectifs de la FINUL qui surveille la frontière entre le Liban et Israël depuis 1978 avec près de 2.000 hommes, pour les porter à 15.000 soldats.

Lors d'une récente tournée au Moyen-Orient avec un premier arrêt à Bruxelles, le Secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, est parvenu à obtenir près de la moitié des effectifs nécessaires (dépêche du 13.09.06).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.