Nucléaire : le chef de l&#39AIEA vivement préoccupé par le manque de coopération de l&#39Iran

11 septembre 2006

Le directeur de l&#39Agence internationale de l&#39énergie atomique (AIEA), Mohamed ElBaradei, s&#39est dit aujourd&#39hui vivement préoccupé par le manque de coopération de l&#39Iran avec ses inspecteurs qui doivent déterminer si le programme nucléaire iranien poursuit des objectifs militaires ou non.

« Des lacunes persistent concernant les connaissances de l'Agence sur l'étendue et la nature de l'ancien et de l'actuel programme d'enrichissement des centrifugeuses de l'Iran », a déclaré Mohamed ElBaradei, dans un discours prononcé devant le Conseil des gouverneurs de l'AIEA à Vienne.

« En raison du manque d'empressement de l'Iran à résoudre cette question, l'Agence est incapable de faire des progrès dans ses efforts pour donner les garanties de l'absence d'activités et de matériaux nucléaires non déclarés en Iran. Ce qui continue d'être une grave source de préoccupation », a-t-il regretté.

Le directeur de l'AIEA s'est dit toutefois « encouragé » par le dialogue en cours entre l'Iran et l'Europe, lors d'une conférence de presse donnée juste avant la réunion du Conseil des gouverneurs.

L'AIEA a rendu public mercredi dernier son dernier rapport sur le dossier iranien qui constate que l'Iran n'a pas suspendu ses opérations liées à l'enrichissement (dépêche 06-09-06).

Dans sa résolution 1696 adoptée le 31 juillet, le Conseil de sécurité avait donné à l'Iran jusqu'au 31 août pour « suspendre toutes ses activités liées à l'enrichissement et au retraitement ».

Le Conseil avait également demandé au gouvernement iranien de prouver le caractère strictement civil de son programme nucléaire.

Il avait aussi menacé le pays de prendre « des mesures » au cas où le pays n'appliquerait pas « les dispositions de la résolution ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.