Liban : l'ONU espère déployer au plus vite 3.500 soldats pour renforcer la FINUL

17 août 2006

Lors d'une réunion à New York sur la contribution à une Force des Nations Unies renforcée au Liban, le Vice Secrétaire général des Nations Unies, Mark Malloch Brown, a espéré obtenir le plus vite possible au moins 3.500 soldats afin de « construire un cessez-le-feu durable à partir de la cessation des hostilités actuelle », rappelant que la situation sur le terrain demeurait précaire.

« De toutes les tâches qui attendent la communauté internationale au Liban, aucune n'est plus urgente et plus fondamentale pour préserver la paix que le déploiement d'une Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) élargie et renforcée, aux côtés de l'armée libanaise», a-t-il souligné.

Ce déploiement rapide, a estimé Mark Malloch Brown, permettra au Premier ministre libanais, Fouad Siniora, de tenir ses engagements, et constitue un élément clef pour que le déroulement du retrait des troupes israéliennes du Liban soit parallèle au déploiement de l'armée libanaise dans le sud du pays.

« Notre sentiment est qu'en fin de compte, la légitimité de la Force dépend de sa dimension réellement multilatérale », a-t-il également déclaré. « Nous espérons donc avoir un noyau de contributeurs qui soit le reflet de ce multilatéralisme, plus d'autres contributeurs dans des domaines critiques afin de répondre à des besoins spécifiques ».

Rappelant les termes du mandat établi par la résolution 1701 (2006) adoptée vendredi dernier, le Vice Secrétaire général a souligné qu'il s'agissait de mettre en place une force « robuste mais pas offensive », présente « pour préserver la paix en tant que solution politique à long terme, puisque la clef pour résoudre ce conflit et beaucoup des défis plus larges qui se posent dans la région est politique, pas militaire » (dépêche du 11.08.06).

« Notre espoir et notre intention restent fermement de déployer en premier lieu au moins un ensemble de 3 500 soldats qui viendront s'ajouter aux 2.000 membres de la FINUL actuellement, dans un délai de dix jours, et d'arriver ensuite à une force de 15.000 hommes, comme cela est autorisé par la résolution 1701 du Conseil de sécurité », a ajouté Mark Malloch Brown.

« C'est une entreprise énorme, un défi complexe », a-t-il enfin déclaré, mais « nous dérogeons à de nombreuses procédures habituelles pour bousculer la bureaucratie et être sur le terrain aussi vite que possible ».

S'adressant à la presse à l'issue de la réunion, le représentant de l'Allemagne a indiqué qu'une douzaine de délégations avaient fait des offres de contribution.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.