UNICEF : Jackie Chan dans un clip de sensibilisation aux dangers de la grippe aviaire

16 août 2006

Le célèbre acteur et expert en arts martiaux Jackie Chan tient la vedette dans un nouveau message destiné à attirer l'attention des enfants et de leurs familles sur les dangers d'une grippe aviaire hautement pathogénique, annonce aujourd'hui l'agence des Nations Unies pour l'enfance.

Dans ce clip de soixante secondes produit par le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) grâce à un don du gouvernement japonais, Jackie Chan, entouré de six enfants se sert d'oiseaux en papier coloré, pliés selon la technique de l'origami, pour faire passer un message capital.

Il s'adresse aux garçons et aux fillettes d'une voix sévère : les oiseaux peuvent contaminer les gens ; il est important de ne pas toucher des oiseaux malades ou morts, surtout les poulets. Puis il approuve du menton lorsque Ava, huit ans, ajoute d'une voix aigrelette : « Mais on peut jouer avec des oiseaux en papier ! »

« Même s'il traite d'une maladie qui s'est répandue au-delà de l'Asie et qui induit souvent la peur, le clip veut faire passer son message avec panache et non répandre la panique », souligne l'UNICEF dans un communiqué publié à Bangkok.

« J'ai adoré travailler avec ce groupe d'enfants sur un sujet qui concerne l'Asie et le monde entier. Il ne s'agit pas de sonner l'alarme, mais d'aider les enfants à se méfier et à être plus prudents. Nous ne voulons pas que nos enfants prennent des risques avec la grippe aviaire », explique Jackie Chan, qui est par ailleurs ambassadeur itinérant de l'organisation.

Une forme hautement pathogénique de la grippe aviaire a commencé à se répandre en 2003. Le virus H5N1 a été détecté pour la première fois chez des oiseaux d'Asie du sud-est. Cette année, on l'a retrouvé en Europe, au Moyen-Orient, en Asie du sud et en Afrique.

Deux cent millions d'oiseaux sont morts, soit parce qu'ils avaient contracté le virus, soit parce qu'on les a abattus pour lutter contre les épidémies et réduire la possibilité d'une transmission à l'homme.

A ce jour, plus de 230 cas de grippe due au H5N1 ont été recensés chez des êtres humains, dont la moitié a connu une issue fatale. C'est en Asie qu'on a répertorié la majoritî9 des décès. A ce jour, tout indique que le contact direct avec des animaux morts ou malades représente la principale source d'infection humaine au virus H5N1.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.