Le Conseil de sécurité se penche sur les moyens de consolider la paix en Afrique de l'Ouest

10 août 2006

A l'issue d'une réunion publique sur l'Afrique de l'Ouest, le Conseil de sécurité a adopté hier soir une déclaration présidentielle qui appelle à la consolidation de la paix dans la région en coordonnant les efforts avec ceux des organisations régionales.

Le Conseil de sécurité « souligne qu'il importe de régler la question de la consolidation de la paix en Afrique de l'Ouest de manière globale et coordonnée » afin de « trouver des solutions durables aux conflits » dans cette région, indique la déclaration adoptée aujourd'hui à l'unanimité des quinze membres.

Le Conseil « se félicite de voir que la guerre a cédé la place à l'ordre démocratique en Sierra Leone, en Guinée-Bissau et au Libéria, et que des efforts sont actuellement déployés en vue d'appliquer des mesures devant déboucher sur des élections libres et équitables en Côte d'Ivoire ».

Il note néanmoins que « la situation sur le plan de la sécurité dans ces pays demeure généralement stable mais précaire ».

Le Conseil souligne par ailleurs « la nécessité de donner aux institutions nationales les moyens de s'attaquer aux causes profondes des conflits comme facteur essentiel de consolidation de la paix, en particulier dans les domaines de la gouvernance politique et économique ainsi que dans celui de l'état de droit et de la lutte contre l'impunité ».

A cet égard, il rappelle les mesures qu'il a mises en oeuvre à propos de l'exploitation illégale des ressources naturelles dans la région et « encourage les États membres de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) à promouvoir la transparence et l'exploitation durable de ces ressources ».

Le Conseil a entendu aujourd'hui plus de 30 orateurs lors d'une séance publique en présence du Secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, et d'Ahmedou Ould-Abdallah, son Représentant spécial pour l'Afrique de l'Ouest.

Lors de son allocution devant le Conseil, le Secrétaire général, Kofi Annan, a déclaré que « la stabilité et la prospérité continuaient de fuir la plupart des pays d'Afrique de l'Ouest ».

De graves lacunes en matière de gouvernance les empêchent de tirer parti de leurs ressources naturelles et de leurs potentiels économique et social, a-t-il regretté.

Kofi Annan a rappelé la nécessité d'adopter « une approche globale face à ces conflits » qui « génèrent en effet des flots de réfugiés, qui deviennent rapidement le problème des pays voisins ».

Le Secrétaire général a en outre indiqué que le manque de fonds et de coordination, ainsi que la tendance de la communauté internationale à se retirer trop tôt, ont sapé des efforts en vue de mettre en place des régimes démocratiques sociaux solides.

C'est la raison pour laquelle la Commission de consolidation de la paix a été créée l'an dernier, ainsi qu'un Bureau régional de l'ONU en Afrique de l'Ouest, basé à Dakar, a-t-il rappelé.

À travers la présence de trois missions de la paix et d'un Bureau d'appui à la consolidation de la paix dans la sous-région, l'Organisation a démontré sa volonté de mettre fin au cycle de violences qui a détruit tant de vies et d'infrastructures, a conclu le Secrétaire général.

Voir le compte-rendu de toutes les déclarations dans le communiqué de presse de l'ONU

imageRetransmission de la séance du matin[2h49mins]

imageRetransmission de la séance de l'après-midi[2h18mins]

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.