La FAO publie un manuel de conseils pour stopper la transmission de la grippe aviaire

26 mai 2006

L'agence de l'ONU pour l'agriculture et l'alimentation a publié aujourd'hui un manuel destiné « à tous » mais spécifiquement aux petits agriculteurs, chasseurs et collectionneurs d'oiseaux sur les pratiques susceptibles de réduire la propagation de la grippe aviaire parmi les animaux et chez l'homme.

Le guide est intitulé "Protéger les personnes, protéger les volailles : conseils simples pour stopper l'influenza aviaire", annonce aujourd'hui l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Parmi les conseils « destinés à tous » pour éviter la transmission de la maladie, la FAO recommande d'éviter tout contact avec les oiseaux malades ou morts, à moins de porter des gants, de ne pas sortir ces oiseaux de la zone infectée et de les signaler aux autorités.

L'agence recommande d'empêcher les enfants de toucher des animaux morts ou de ramasser des plumes d'oiseaux.

Elle conseille de ne pas boire d'eau non traitée ou non bouillie provenant de points d'eau où des oiseaux ont pu se baigner, et de ne pas se baigner dans des eaux, tels que lacs ou rivières, utilisés par les oiseaux sauvages.

Parmi les « règles d'hygiène de base », la FAO recommande de se couvrir la bouche lorsque l'on éternue ou que l'on tousse.

Elle rappelle aussi les signes caractéristiques de la grippe aviaire chez les humains : grande difficulté à respirer, fièvre, toux, mal de gorge, douleurs musculaires et infection des yeux.

Page spéciale de la FAO consacrée à la grippe aviaire

Un communiqué de l'agence indiquait hier que la question de savoir dans quelle mesure les oiseaux sauvages sont à blâmer dans la diffusion de la grippe aviaire hautement pathogène sera au centre d'une conférence scientifique organisée à Rome, les 30 et 31 mai 2006, par la FAO et l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE).

« Quelque 300 scientifiques de plus de 100 pays participeront à cette conférence pour tenter de faire la lumière sur l'un des aspects les plus controversés de la crise H5N1 : quel est le rôle des oiseaux migrateurs par rapport à celui des volailles dans la propagation de la grippe aviaire », soulignait la FAO.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.