UNPFII : lancement d'un nouveau programme d'action en faveur des peuples autochtones

16 mai 2006

Le Programme d'action de la deuxième décennie internationale en faveur des peuples les plus marginalisés du monde a été lancé hier à New York, à l'occasion de l'ouverture de la 5e session de l'Instance permanente des Nations Unies sur les questions autochtones (UNPFII).

Adopté le 12 décembre dernier et lancé officiellement hier à l'ouverture de la 5e session de l'(UNPFII), le Programme d'action de la deuxième décennie internationale des populations autochtones s'articule autour de cinq objectifs, indique un communiqué publié hier à New York.

Le Programme vise à renforcer la coopération internationale pour résoudre les problèmes qui se posent aux peuples autochtones dans les domaines de la culture, de l'éducation, de la santé, des droits de l'homme et du développement économique et social.

Dans son message vidéo, le Secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, a déclaré que ce « document sans précédent » visait à créer « les conditions d'une vie meilleure pour les populations autochtones, et ce, en protégeant leur identité, leur langue et leur culture ».

Le Secrétaire général a par ailleurs rappelé que, dans le document final issu du sommet mondial de septembre 2005, les États Membres s'étaient engagés à préserver et maintenir les usages et traditions ancestrales des peuples autochtones, condition essentielle au développement durable et à la promotion accrue des droits de l'homme.

Victoria Tauli-Corpuz, réélue présidente de l'Instance permanente, a demandé que le projet de déclaration des droits des peuples autochtones, finalisé en février dernier, soit discuté au cours de la première session du nouveau Conseil des droits de l'homme puis adopté par l'Assemblée générale avant la fin de l'année.

« Cela représenterait une avancée considérable dans la longue lutte pour une plus grande justice sociale, le respect des droits de l'homme et le développement durable des peuples autochtones », a estimé la présidente.

David Choquehuanca Céspedes, ministre des affaires étrangères de la Bolivie, a fait part de l'expérience de son pays qui a élu, le 18 décembre dernier, un autochtone à sa présidence. Il a estimé qu'une période de changement commençait non seulement en Bolivie mais dans le monde entier.

La 5e session de l'Instance s'est ouverte par « une cérémonie rythmée de chants et danses de représentants », rapporte le communiqué. « Au nom de la nation Onondaga et de tous les représentants autochtones, le chef traditionnel Clint Shenandoah a souhaité la bienvenue à tous les participants en rendant hommage à tous les éléments et tous les bienfaits de la Terre », ajoute-t-il.

« Les Objectifs du millénaire pour le développement et les peuples autochtones : redéfinir les objectifs » est le thème choisi pour la 5e session qui se réunit du 15 au 26 mai au siège de l'ONU à New York (dépêche du 15.05.06).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.