Naomi Watts, nouvelle représentante de l'ONUSIDA

15 mai 2006

L'actrice australienne Naomi Watts, nouvelle Représentante spéciale du Programme des Nations unies pour la lutte contre le sida (ONUSIDA), s'est engagée aujourd'hui à accroître la visibilité dans le monde de la lutte contre le virus et à promouvoir les besoins des personnes atteintes de cette maladie, trop souvent victimes de discriminations.

Accompagnée de la directrice adjointe d'ONUSIDA, Deborah Landey, l'actrice Naomi Watts, connue pour avoir joué dans les films « Mulholland Drive », « 21 Grams » et, plus récemment, dans la dernière version de « King Kong », a donné aujourd'hui sa première conférence de presse, au siège de l'ONU New York, en tant que Représentante spéciale de l'ONU.

-image? Retransmission de la conference de presse [25 mn]

Reconnaissant que le sida n'avait pas été jusqu'ici une de ses préoccupations principales, Naomi Watts a affirmé que « les statistiques récentes rendaient impossible pour quiconque d'y être indifférent ».

« Il est difficile de croire que 25 millions de personnes sont déjà mortes du sida et que près de 40 millions d'autres vivent actuellement avec le virus », a-t-elle affirmé.

Chaque minute un enfant meurt du sida et chaque minute un autre enfant est contaminé par le VIH.

« Devant ces sombres réalités, je ne peux plus rester spectatrice et je suis reconnaissante à l'ONU de me donner l'occasion de jouer un rôle même modeste », a-t-elle ajouté.

« Comme représentante spéciale de l'ONUSIDA, Naommi Watts utilisera son talent et sa notoriété pour accroître la visibilité dans le monde de la lutte contre le sida et promouvoir les besoins des personnes atteintes de cette maladie », a déclaré Deborah Landey, directrice adjointe d'ONUSIDA.

Au cours de cette conférence de presse et à l'occasion du 10 anniversaire de l'ONUSIDA, Deborah Landey a lancé une nouvelle campagne intitulée « Quatre pour chacun », en référence aux quatre piliers d'une réponse globale à la pandémie : prévention, traitement, soin et soutien personnel à tous ceux qui en ont besoin.

La directrice adjointe a également indiqué que Naomi Watts participerait à la fin du mois à une réunion de haut niveau à New York destinée à évaluer les progrès accomplis par les Etats Membres dans la lutte contre le sida depuis une session spéciale de l'Assemblée générale en 2001.

Cette conférence, prévue du 31 mai au 2 juin, examinera notamment un rapport du Secrétaire général sur les progrès enregistrés jusqu'au 31 décembre 2005.

Son porte-parole, Stéphane Dujarric, a par ailleurs annoncé que la première conférence régionale sur le sida en Europe de l'Est et en Asie centrale s'était ouverte aujourd'hui à Moscou.

Selon ONUSIDA, cette région concernée doit actuellement faire face à la plus grande progression de l'épidémie du sida dans le monde, avec quelque 1,6 million de personnes atteintes par la pandémie, et 270 000 personnes contaminées par le VIH au cours de la seule année 2005.

Ce week-end, à Nairobi, l'Envoyé spécial du Secrétaire général de l'ONU pour le sida en Afrique, Stephen Lewis, a annoncé les progrès significatifs accomplis par le Kenya dans le ralentissement de la progression de la pandémie.

Il a aussi cependant souligné que « les conséquences de la pandémie sur le plan humain sont toujours aussi catastrophiques ».

Voir également le communiqué d'ONUSIDA sur la nomination de Naomi Watts et celui sur la conférence de Moscou.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.