Le sida, principal obstacle à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement

4 mai 2006

Si les efforts de lutte contre le sida ont progressé notablement depuis cinq ans, cette maladie demeure le plus grand obstacle au développement en Afrique et à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement, a rappelé aujourd'hui le Secrétaire général lors d'un sommet de l'Union africaine.

« Il y a cinq ans, nous nous sommes réunis ici à Abuja à l'occasion du Sommet africain sur le VIH/sida, la tuberculose et les autres maladies infectieuses. J'avais déclaré alors que ce moment était porteur d'un grand espoir, parce que j'étais convaincu que le Sommet marquait un tournant dans notre réaction face au plus grand obstacle au développement de notre époque. Cinq ans plus tard, ma conviction se voit justifiée », a déclaré Kofi Annan dans un message au Sommet spécial de l'Union africaine sur le VIH/sida, la tuberculose et le paludisme, qui se tenait à Abuja, au Nigeria.

« Nous avons assisté à un tournant au niveau de l'engagement. Dans plus de 20 pays africains, la lutte contre le sida est aujourd'hui menée personnellement par les chefs d'État ou de gouvernement, ou par leurs adjoints ».

« Six pays africains ont atteint ou presque l'objectif fixé à Abuja en 2001, qui était de consacrer 15 % de leur budget national à la santé, et un tiers des nations africaines y consacrent au moins 10 % ».

La session extraordinaire de 2001 de l'Assemblée générale de l'Organisation des Nations Unies a débouché sur la Déclaration d'engagement, et les partenaires de l'Afrique ont véritablement contribué au trésor de guerre dont j'avais affirmé la nécessité à Abuja il y a cinq ans, le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

« Mais n'allons pas imaginer que l'épidémie de sida s'estompe toute seule, ni que la gravité exceptionnelle de son impact a diminué », a prévenu le Secrétaire général.

« Le sida demeure le plus grand obstacle au développement en Afrique et tant que nous ne l'aurons pas surmonté, il nous sera impossible d'atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) ».

« Cela signifie que nous ne pouvons pas prendre le risque de réduire, ne serait-ce que d'un iota, l'importance que nous accordons à la lutte contre le sida, en Afrique et à travers le monde », a souligné Kofi Annan.

« Le plan de marche pour les prochaines années est clair. Il est exposé dans l'évaluation par le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) des activités visant à développer la prévention, les soins, le traitement et les services d'accompagnement en matière de VIH, intitulée « Vers l'accès universel » ».

« Je souhaite mettre l'accent sur une question prioritaire qui transcende toutes les autres: si nous voulons gagner cette guerre, nous devons nous assurer que notre action va dans le sens de la promotion de l'égalité entre les sexes et de tous les droits de l'homme pour tous, y compris pour les personnes dont nous désapprouvons, à titre personnel, les inclinations, le comportement ou les choix de vie », a insisté Kofi Annan.

« Nous devons également en faire davantage dans la lutte contre la tuberculose, considérée comme un problème urgent par les ministres de la santé africains et première cause de décès parmi les personnes séropositives ».

« La lutte contre le paludisme ne sera pas en reste. Les ressources affectées à la lutte contre cette maladie en Afrique ont notablement augmenté et certains pays ont accompli des progrès considérables ».

« Le paludisme continue cependant d'emporter plus d'un million d'Africains chaque année et de peser réellement sur la croissance économique », a dit le Secrétaire général, qui a souligné que « pour atteindre l'objectif commun de réduction de moitié de la mortalité imputable au paludisme d'ici à 2010, il faut renforcer davantage les systèmes de santé et élargir l'accès aux thérapies et aux moustiquaires imprégnées d'insecticides, notamment celui des femmes enceintes et des enfants de moins de 5 ans ».

L'Assemblée générale de l'ONU tiendra du 31 mai au 2 juin à New York une session extraordinaire sur le sida, cinq ans après sa session de 2001.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.