PAM : menace sur les réserves alimentaires des réfugiés soudanais au Tchad

3 mai 2006

Alors que s'accroissent les tensions en raison des menaces d'attaques des rebelles au Tchad, le Programme alimentaire mondial (PAM) a alerté aujourd'hui sur le risque qui pèse sur les quelque 70.000 personnes qui ont fui les incursions armées dans l'Est du pays.

Une mission d'évaluation du (PAM) à la frontière entre le Tchad et le Soudan, a prévenu que si la situation n'était pas encore dramatique, les stocks de nourriture de près de 50.000 personnes étaient en train de se réduire rapidement, indique un communiqué publié aujourd'hui à N'Djamena.

Les taux de malnutrition dans la région répondent pour l'instant aux normes acceptables, mais « il faut agir vite avant qu'il n'y ait une dégradation de la situation », a dit Stefano Porretti, responsable du PAM pour le Tchad.

Il a ajouté que l'objectif de l'agence des Nations Unies était de faire en sorte que les populations puissent subvenir à leurs propres besoins alimentaires, en semant et cultivant, pendant le plus longtemps possible.

Malgré les affrontements du mois d'avril et la tentative de coup d'Etat au Tchad, le PAM reste opérationnel dans le pays et a terminé des distributions alimentaires dans 12 camps de l'Est du pays, qui abritent près de 210.000 réfugiés du Darfour, au Soudan.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.