R.D. Congo : le Conseil de sécurité autorise le déploiement d'une force d'appui de l'Union européenne

25 avril 2006

Le Conseil de sécurité a autorisé aujourd'hui le déploiement d'une force de l'Union européenne, « Eufor R.D.Congo », destinée à soutenir la Mission de l'ONU en République démocratique du Congo (MONUC) durant la période des élections présidentielles dans le pays, prévues au mois de juin prochain.

En adoptant la résolution 1671 (2006) à l'unanimité de ses 15 membres, le Conseil de sécurité a autorisé le déploiement d'Eufor R.D.Congo pour une période s'achevant quatre mois après la date du premier tour des élections présidentielles et législatives, prévues le 18 juin.

image• Retransmission de la séance du Conseil de sécurité[35mins]

Par ce même texte, le Conseil décide que la force de l'Union européenne sera autorisée à prendre toutes les mesures nécessaires, dans la limite de ses moyens et capacités, pour apporter son soutien à la MONUC(MONUC), au cas où elle rencontrerait des difficultés.

Elle apportera aussi son aide pour contribuer à la protection des civils, contribuer à la protection de l'aéroport à Kinshasa, assurer la sécurité et la liberté de mouvement du personnel ainsi que la protection de ses propres installations, et « effectuer des opérations de caractère limité, afin d'extraire des individus en danger ».

Intervenant après l'adoption de ce texte, le représentant de la France, Jean-Marc de La Sablière, s'est réjoui de l'adoption d'une résolution qui « témoigne de l'engagement de la communauté internationale, et notamment des Nations Unies et de l'Europe, en faveur du processus de paix en République démocratique du Congo ».

Il a estimé que la force dont le Conseil venait d'autoriser le développement sera un élément important pour le bon déroulement des élections prévues en juin prochain.

Le Conseil de sécurité avait décidé le 10 avril dernier d'autoriser le Secrétaire général à redéployer temporairement un bataillon d'infanterie, un hôpital militaire et jusqu'à 50 observateurs militaires de l'Opération des Nations Unies au Burundi au profit de celle opérant en République démocratique du Congo, afin de renforcer la surveillance du processus électoral.

S'adressant au peuple congolais qui, pour la première fois depuis 45 ans, sera appelé à choisir ses dirigeants, lors de son dernier voyage dans le pays, le Secrétaire général avait estimé « essentiel » que « ces élections soient perçues par tous comme libres, ouvertes et transparentes ».

« Aujourd'hui, la RDC est résolument engagée sur le chemin de la paix. Le pays est réunifié. L'État a commencé à redéployer son administration sur une grande partie du territoire. Une nouvelle Constitution a été promulguée le mois dernier, à la suite du référendum de décembre 2005. Et la signature le 9 mars de la loi électorale a ouvert la voie à la tenue d'élections démocratiques qui mettront fin à la transition engagée en 2003 », avait rappelé le Secrétaire général dans un discours prononcé à Kinshasa.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.