Soudan : Louise Arbour en visite au Darfour à la fin de la semaine

25 avril 2006

Un mois après que le gouvernement du Soudan a refusé l'entrée de son pays au responsable des affaires humanitaires des Nations Unies, Louise Arbour, Haut Commissaire aux droits de l'homme, devrait pouvoir effectuer à partir de dimanche une visite au Soudan, y compris au Darfour où les meurtres, les viols et les déplacements forcés continuent, a annoncé un porte-parole.

« Les détails de sa mission seront donnés plus tard dans la journée au Bureau du Haut Commissaire pour les droits de l'homme (OHCHR) », a précisé M. Randhawa, porte-parole du Bureau, lors d'un point de presse aujourd'hui au Palais des Nations à Genève.

Début avril, le gouvernement soudanais avait refusé d'autoriser la visite au Darfour de Jan Egeland, Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires(dépêche du 03.04.06 et dépêche du 04.04.06).

Au cours de sa visite d'une semaine au Soudan, la Haut Commissaire devrait se rendre à Khartoum, la capitale, dans la région du Darfour et à Juba, au Sud Soudan, où un accord de paix global signé en janvier 2005 a mis fin à deux décennies de guerre entre le gouvernement et les rebelles.

Louise Arbour est actuellement en visite en Afrique de l'Est. Elle s'est rendue en Ethiopie, en Somalie et sera demain au Kenya.

La Haut Commissaire s'était déjà rendue au Darfour une première fois en septembre 2004.

Depuis sa dernière visite, elle a réalisé deux rapports - l'un centré sur la violence sexuelle à l'encontre des femmes et l'autre sur la situation des droits de l'homme en général.

Cette nouvelle visite aura pour objet de voir comment les choses ont évolué sur le terrain.

Selon le Conseiller spécial du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme pour la prévention des génocides, Juan Mendez, qui s'était rendu au Darfour en septembre 2005, la situation au Darfour a empiré depuis un an (dépêche du 07.04.06).

« Dans le sud du Darfour, les milices continuent leurs opérations de nettoyage, village après village », avait dénoncé, encore une fois fin mars, devant le Conseil de sécurité, Jan Pronk, représentant du Secrétaire général pour le Soudan (dépêche du 21.03.06).

Le rapport de la Commission d'enquête sur les violations des droits de l'homme perpétrées au Soudan avait confirmé en février 2005 que le gouvernement soudanais et les milices « janjaouites » avaient commis des crimes contre l'humanité (dépêche du 01.02.05).

Dans son rapport, la Commission d'enquête rappelait que « les forces gouvernementales soudanaises et les milices avaient commis des attaques indiscriminées, notamment le meurtre de civils, des actes de torture, des disparitions forcées, la destruction de villages, le viol et d'autres formes de violence, de pillage et de déplacement forcé, dans tout le Darfour »

Le conflit entre les mouvements rebelles du Darfour et le gouvernement du Soudan a débuté en février 2003. Il a déjà provoqué la mort de près de 400.000 civils et le déplacement de plus de deux millions de personnes. Le gouvernement est accusé d'avoir armé les milices arabes « janjaouites » qui terrorisent les populations noires du Darfour.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.