Nucléaire iranien : le Conseil de sécurité réagira au rapport de Mohamed ElBaradei

12 avril 2006

Suivant les termes de sa déclaration présidentielle adoptée le 29 mars, le Conseil de sécurité réagira au rapport du directeur de l'AIEA, a affirmé aujourd'hui l'ambassadeur de la France après que l'Iran a annoncé être parvenue à enrichir de l'uranium, alors que la Chine se dit toujours opposée aux sanctions et aux mesures militaires.

« Nous suivons cela très soigneusement. Et je dois dire que nous sommes préoccupés, mais nous devons savoir exactement ce que leur annonce signifie », a déclaré aujourd'hui le représentant de la France à l'ONU, Jean-Marc de la Sablière.

Le directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique se rend ce soir à Téhéran.

image• Retransmission du point de presse[3mins]

Pour sa part, le représentant de la Chine, Wang Guangya, qui assume au mois d'avril la présidence du Conseil de sécurité, s'est déclaré « préoccupé par l'évolution que prennent les événements ».

« Selon ce qu'ils ont annoncé, les Iraniens ne sont manifestement pas en conformité avec ce que requièrent les résolutions de l'AIEA et du Conseil de sécurité », a-t-il ajouté, avant d'appeler « toutes les parties à s'abstenir de toute mesure de nature à aggraver la situation ».

« En dépit de cela, les mesures diplomatiques ont toujours cours », a-t-il dit, ajoutant : « j'espère que l'Iran prendra note et se montrera plus coopérative ».

« Nous sommes toujours opposés à des mesures militaires et à des sanctions », a déclaré l'ambassadeur de la Chine.

Selon les informations parues dans la presse, l'Iran a annoncé hier être parvenue à enrichir de l'uranium à petite échelle, dans sa centrale de Natanz. L'uranium enrichi peut servir à faire fonctionner une centrale atomique pour produire de l'électricité. Il peut aussi servir de matériau de base pour la construction d'une arme nucléaire.

Le Conseil de sécurité a adopté le 29 mars une déclaration présidentielle enjoignant l'Iran à se plier aux résolutions de l'AIEA visant à lui permettre de vérifier le caractère strictement civil de son programme nucléaire, demandant à l'AIEA de lui remettre un rapport dans les 30 jours sur la réponse iranienne.

Le Secrétaire général a appelé aujourd'hui à calmer la rhétorique et à éviter l'escalade.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.