Iran : le Secrétaire général appelle à "calmer la rhétorique"

12 avril 2006
Kofi Annan

Alors que le directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique se rend ce soir à Téhéran, le Secrétaire général a espéré que les Iraniens reviendraient à la table de négociations et appelé toutes les parties à « calmer la rhétorique » et à éviter l'escalade.

« Manifestement, les Iraniens ont poursuivi leurs recherches. Mais j'espère qu'ils pourront revenir à la table et travailler avec la communauté internationale à une solution négociée », a déclaré le Secrétaire général lors d'un entretien avec la presse à l'issue d'une réunion à La Haye avec le premier ministre néerlandais, Jan Peter Balkenende.

« Ils affirment poursuivre un programme nucléaire pacifique. Si c'est vraiment le cas, ils devraient pouvoir donner des garanties sur ce point à la communauté internationale », a dit Kofi Annan.

« J'appelle tout le monde à travailler activement à la recherche d'une solution diplomatique, à calmer la rhétorique et à ne pas produire une escalade de la situation », a conclu le Secrétaire général.

Selon les informations parues dans la presse, l'Iran a annoncé hier être parvenue à enrichir de l'uranium à petite échelle, dans sa centrale de Natanz. L'uranium enrichi peut servir à faire fonctionner une centrale atomique pour produire de l'électricité. Il peut aussi servir de matériau de base pour la construction d'une arme nucléaire.

Incertaine quant aux intentions purement pacifiques du programme nucléaire iranien, l'AIEA a demandé des garanties notamment pour la vérification des installations nucléaires iraniennes.

Au mois d'août dernier, le directeur de l'AIEA, Mohamed ElBaradei avait confirmé que l'Iran avait brisé les scellés posés dans sa centrale d'Ispahan, manifestant son intention de reprendre sa recherche en matière d'enrichissement de l'uranium (dépêche du 10.08.05).

Au mois de février, le Conseil des gouverneurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a adopté une résolution demandant à son directeur de transférer au Conseil de sécurité le dossier du nucléaire iranien.

Le Conseil de sécurité a adopté le 29 mars une déclaration présidentielle enjoignant l'Iran à se plier aux résolutions de l'AIEA visant à lui permettre de vérifier le caractère strictement civil de son programme nucléaire, demandant à l'AIEA de lui remettre un rapport dans les 30 jours sur la réponse iranienne.

Le Secrétaire général avait exprimé l'espoir que l'Iran répondrait « aux préoccupations de la communauté internationale, telles qu'exprimées dans la déclaration du Conseil de sécurité concernant son programme nucléaire ». Il avait aussi espéré que l'Iran « respectera pleinement ses obligations aux termes du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) et des résolutions successives de l'AIEA ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.