FAO : l'agriculture sera fondamentale pour sortir la R. D. du Congo de la pauvreté

5 avril 2006

Avec près de 80 % de sa population plongée dans l'extrême pauvreté et plus de 70% souffrant de malnutrition, la République démocratique du Congo (RDC) doit relever des défis de taille, affirme aujourd'hui l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) qui a besoin de 50 millions de dollars pour financer le développement agraire.

« L'agriculture, qui soutient les deux tiers de la population, jouera un rôle majeur dans la croissance économique future et les efforts de réduction de la pauvreté », indique la FAO dans un communiqué publié aujourd'hui à Rome.

« Dans le cadre du Plan d'action pour la RDC, récemment lancé par les Nations Unies et ses partenaires, la FAO invite les bailleurs de fonds à faire preuve de générosité afin d'apporter plus de 50 millions de dollars pour soutenir les activités agricoles d'urgence ».

Les activités proposées par la FAO concernent la malnutrition, le soutien aux familles affectées par le VIH/sida, l'aide à la réintégration des personnes de retour dans leurs communautés mais aussi aux anciens combattants.

L'accent sera également mis sur la coordination des opérations agricoles d'urgence, ce qui inclut la distribution de semences, d'outils et la multiplication des semences, ainsi que le renforcement de l'information sur la sécurité alimentaire.

« D'autres activités sont axées sur la remise en état des infrastructures, notamment les routes rurales, le soutien à une capacité de réponse rapide à travers le pré-positionnement de stocks stratégiques d'intrants agricoles et la promotion de la vente des produits agricoles ».

En 2005, les projets d'urgence de la FAO ont bénéficié à 450 000 ménages congolais vulnérables, à travers la distribution d'intrants, la promotion de l'élevage en basse-cour et de la pisciculture et la réhabilitation des petites routes rurales d'approvisionnement.

Parmi ses initiatives de développement à plus long terme, la FAO cherche à éradiquer le virus du manioc, une maladie qui a contribué au déclin de 20 % de la production de ce tubercule dans le pays, au cours des 10 dernières années.

L'Organisation a aussi fourni son assistance pour la préparation du nouveau code forestier du pays et collabore à la réhabilitation des centres de recherche agricole et au renforcement des capacités du ministère de l'Agriculture.

« Des années de conflit ont entraîné la mort de 4 millions de personnes en RDC et 1.200 continuent à mourir chaque jour, victimes de la violence, de maladies et de malnutrition. Plus de 1,7 million de personnes sont déplacées et 1,7 autre million viennent de rentrer dans leurs communautés et tentent de restaurer leurs habitations et leurs moyens d'existence », indique la FAO.

L'agriculture a terriblement souffert, selon Anne M. Bauer, directrice de la Division des opérations d'urgence et de la réhabilitation à la FAO, qui indique que « l'instabilité dans les zones rurales a conduit à une situation de grande insécurité alimentaire».

«L'accès aux champs reste dangereux, particulièrement pour les femmes. Les routes rurales d'approvisionnement sont pratiquement inexistantes, ce qui entrave la commercialisation et la distribution des produits locaux. La qualité médiocre des stocks de semences et le manque d'outils de base rendent le travail agricole difficile. »

«Après des années de guerre, de mauvaise gestion et de pauvreté chronique généralisée, les prochaines élections – les premières en 45 ans - sont une opportunité sans précédent pour les Congolais de rétablir une autorité légitime, engagée dans la réduction de la pauvreté et la sécurité alimentaire», a estimé Anne Bauer.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.