Kofi Annan inquiet de la mise en cause de son représentant pour les droits de l'homme au Cambodge

30 mars 2006

Le Secrétaire général des Nations Unies a exprimé aujourd'hui son inquiétude face aux propos du Premier ministre cambodgien Hun Sen dénonçant le travail de son représentant spécial pour les droits de l'homme au Cambodge.

« Le Secrétaire général rappelle que les mandats du Représentant spécial et du bureau des droits de l'homme au Cambodge ont été établis en 1993 par la communauté internationale, à travers la Commission des droits de l'homme et l'Assemblée générale, pour surveiller le respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales et aider le gouvernement et le peuple cambodgien à faire en sorte que les standards acceptés par le gouvernement soient respectés » souligne une déclaration publiée à New York par son porte-parole.

« Ces mandats ont été renouvelés après consultation avec les autorités cambodgiennes, reconnaissant à la fois le besoin permanent de ce travail essentiel au Cambodge et les contributions des différents Représentants spéciaux, qui ont rempli leurs fonctions en toute indépendance et avec intégrité et expertise, tout comme le bureau du Haut Commissaire » a rappelé le Secrétaire général.

Kofi Annan « espère que les autorités cambodgiennes continueront d'offrir leur coopération au Représentant spécial et au bureau du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH).

Selon les informations parues dans la presse, le Premier ministre cambodgien Hun Sen a déclaré hier que Yash Ghai, le Représentant spécial, n'était plus le bienvenu dans son pays.

Il entendait réagir aux propos tenus la veille par Yash Ghai, selon lesquels « la situation politique et celle des droits de l'homme s'étaient peu améliorées » au cours du mandat de Hun Sen. Le chef du gouvernement cambodgien avait déclaré vouloir lui répondre par un « avertissement » et envoyer au Secrétaire général le message qu'il fallait le remplacer.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.