OCHA : Jan Egeland entamera jeudi prochain une tournée en Afrique

28 mars 2006
Jan Egeland

Le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence, Jan Egeland, entamera jeudi une mission de neuf jours en Ouganda, au Soudan, au Tchad et au Kenya, a indiqué aujourd'hui la porte-parole du Secrétaire général.

« En Ouganda, Jan Egeland a prévu de se rendre dans le Nord pour évaluer en personne la situation des personnes déplacées », a précisé Marie Okabe, lors de son point de presse quotidien, au siège de l'ONU, à New York.

Le conflit entre le gouvernement ougandais et l'Armée de résistance du Seigneur (Lord's Resistance Army, LRA), groupe armé connu pour ses activités sanguinaires dans le nord de l'Ouganda, qui dure depuis 19 ans, a provoqué le déplacement de plus de 2 millions de personnes (dépêche du 21.11.05 sur la situation humanitaire dans le pays et sur les attaques de la LRA).

Lors d'un exposé au Conseil de sécurité sur la situation en Afrique, en décembre dernier, Jan Egeland avait déploré que « l'accès aux personnes déplacées par le personnel humanitaire se soit détérioré lors des derniers mois », rappelant que les conditions de vie dans les camps de déplacés restaient très difficiles (dépêche du 19.12.05).

« Jan Egeland se rendra ensuite dans le sud du Soudan, à Juba, ainsi que dans le sud du Darfour. Au Tchad, il a prévu de visiter un camp de réfugiés soudanais situé dans l'Est du pays», a précisé aujourd'hui la porte-parole du Secrétaire général.

Toujours au mois de décembre, Jan Egeland avait déploré, qu'au Soudan les restrictions à l'accès humanitaire étaient désormais aussi graves qu'en avril 2004, date de son premier compte-rendu au Conseil de sécurité.

« Nous devons prendre conscience de la terrible réalité dont nos collègues sont témoins sur le terrain. Les meurtres n'ont pas cessé. Les viols, les déplacements forcés et les pillages, dont je vous avais parlé pour la première fois il y a 20 mois, continuent », avait déploré le responsable des affaires humanitaires devant le Conseil de sécurité.

Depuis lors, et tandis que se poursuivent les négociations en vue de l'envoi d'une opération de maintien de la paix des Nations Unies au Darfour, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés a annoncé début mars une réduction de 44% du budget de ses opérations dans la région en raison de la détérioration des conditions de sécurité, qui limite considérablement son action.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.