Burundi : l'ONU aide à l'établissement d'une Commission "vérité et réconciliation"

28 mars 2006

Le Secrétaire général adjoint aux affaires juridiques, Nicolas Michel, mène au Burundi une délégation chargée d'aider à l'établissement d'une commission vérité et réconciliation et d'un tribunal spécial afin de juger les violations des droits de l'homme commises pendant les 12 ans de guerre civile qu'a connus le pays.

Nicolas Michel s'est déclaré « encouragé par la décision des autorités burundaises d'accorder la priorité à la réconciliation et de mettre fin à l'impunité qui constituent deux facteurs déterminants pour l'instauration d'une paix durable », a déclaré aujourd'hui la porte-parole adjointe du Secrétaire général, Marie Okabe, lors de son point de presse quotidien, au siège de l'ONU, à New York.

Cette mission fait suite à la résolution 1650 (2005) par laquelle le Conseil de sécurité demandait au Secrétaire général de consulter le gouvernement burundais sur la question d'un mécanisme visant à lutter contre l'impunité.

Les premières négociations ont commencé hier, avec le premier vice-président du Burundi, plusieurs ministres et le Représentant spécial du Secrétaire Général pour le Burundi, Carolyn McAskie, à la tête d'une délégation de l'Opération des Nations Unies au Burundi (ONUB).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.