Corne de l'Afrique : l'ONU lance un nouvel appel pour les victimes de la sécheresse

16 mars 2006

Effectuant une tournée dans les pays donateurs, l'Envoyé spécial des Nations Unies pour la Corne de l'Afrique a appelé aujourd'hui la communauté internationale à se mobiliser davantage pour venir en aide à 7,5 millions de personnes menacées par la famine, après la sécheresse la plus dévastatrice depuis plusieurs décennies dans cette région.

« Lors de ma visite dans une région du Kenya dévastée par la sécheresse, j'ai pu voir de mes propres yeux ses conséquences dramatiques sur les communautés de pasteurs, d'agriculteurs et sur leurs familles », a déclaré Kjell Bondevik, Envoyé spécial des Nations Unies pour la situation humanitaire dans la Corne de l'Afrique, lors d'une conférence de presse donnée aujourd'hui à Oslo en Norvège.

Après une visite sur le terrain effectuée en février dernier, Kjell Bondevik entreprend une tournée dans les pays donateurs pour tenter de rassembler les fonds nécessaires pour venir en aide aux populations affectées (dépêche du 20.03.06).

Le gouvernement de la Norvège a annoncé aujourd'hui une donation de plus de 45 millions de dollars - dont 10,6 millions pour les efforts d'urgence -, rapporte le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) dans un communiqué publié aujourd'hui à New York et Oslo.

Cette somme s'ajoute à une contribution précédente de la Norvège - 30 millions de dollars - au Fonds central d'intervention d'urgence (CERF), lancé par les Nations Unies le 9 mars dernier, dont l'une des premières affectations ira à la Corne de l'Afrique (dépêche du 09.03.06).

« Un grand nombre d'animaux ont été décimés à cause de la sécheresse. Tous les efforts doivent être mobilisés pour éviter que les enfants et les familles ne subissent un destin semblable », a prévenu l'Envoyé spécial.

« Au Kenya, en Somalie, en Éthiopie, en Érythrée et à Djibouti, ce sont 18 millions de personnes qui risquent de tomber dans une insécurité alimentaire », prévient OCHA.

La Corne de l'Afrique, où plus de 40% de la population souffre de malnutrition chronique, est l'une des régions du monde où règne l'insécurité alimentaire la plus forte, rappelle OCHA.

Lors de la conférence de presse, Kjell Bondevik a insisté, une nouvelle fois, sur la nécessité d'explorer les causes profondes de l'insécurité alimentaire et sur la nécessité d'améliorer la coordination entre les gouvernements, les autorités locales, les Nations Unies, les organisations non gouvernementales (ONG), les pays donateurs et les organisations régionales dans leur lutte contre la famine (dépêche du 23.03.06).

Jean Ziegler, expert indépendant au sein de la Commission des droits de l'homme des Nations Unies, avait rappelé qu'en vertu du droit à l'alimentation, les gouvernements étaient dans l'obligation de venir en aide aux personnes menacées par la famine (dépêche du 20.03.06).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.