Les choix du Hamas seront déterminants pour l'avenir du Moyen-Orient, affirme Alvaro de Soto

28 février 2006
Alvaro de Soto

Les choix qu'opérera le Hamas constitueront la variable la plus importante de l'avenir du processus de paix au Moyen-Orient, a affirmé aujourd'hui devant le Conseil de sécurité, l'envoyé de l'ONU pour la paix au Moyen-Orient, qui a appelé à ne pas « débrancher » le soutien financier à l'Autorité palestinienne.

« En territoire palestinien occupé, un gouvernement démocratiquement élu est en cours de formation, appelé à être dirigé par le Hamas, une organisation formellement engagée dans la destruction d'Israël et auteur d'actes terroristes condamnables,», a déclaré aujourd'hui Alvaro de Soto, Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, lors de son exposé mensuel au Conseil de sécurité.

image• Retransmission de la séance du Conseil de sécurité[26mins]

« Les choix qu'opérera le Hamas constitueront la variable la plus importante de l'avenir du processus de paix au Moyen-Orient » a-t-il ajouté, rappelant que le Conseil de sécurité tout comme le Quatuor avaient souligné que tout nouveau gouvernement palestinien devrait être attaché à la non-violence, à la reconnaissance du droit d'Israël à exister et à la Feuille de route (dépêche du 3.02.2006 et dépêche du 30.01.2006).

« Israël a déclaré clairement qu'il n'aurait aucun contact avec une Autorité palestinienne dirigée en partie ou complètement par le Hamas », a indiqué le Coordonnateur spécial.

Alvaro de Soto a aussi indiqué qu'Israël, qui entre dans la phase finale de sa campagne législative, a déjà mis fin au transfert des revenus douaniers et de la TVA à l'Autorité palestinienne, en même temps qu'il a resserré sa politique de fermeture des frontières.

Or, si l'Autorité palestinienne est privée des moyens de fournir les services sociaux de base et de payer les salaires, les conséquences humanitaires, économiques, institutionnelles, politiques et sur la sécurité seront très graves, a-t-il prévenu.

« L'Autorité palestinienne fait face à un déficit budgétaire d'au moins 260 millions de dollars pour la durée du gouvernement de transition, principalement en raison de la décision d'Israël de bloquer le transfert de sommes à hauteur de 130 millions de dollars – des sommes qui appartiennent aux Palestiniens », a-t-il souligné.

L'envoyé de l'ONU a salué à cet égard la décision prise hier par l'Union européenne de fournir 143 millions de dollars

« Si l'Autorité palestinienne, qui est une créature du processus d'Oslo, se voit sacrifiée, elle disparaîtra en même temps que l'espoir de voir naître un État palestinien dans un délai raisonnable, étant donné que l'Autorité palestinienne est le fondement de tout État palestinien », a-t-il déclaré.

« Les conséquences d'un tel scénario seraient prévisibles non seulement pour les parties, mais aussi pour la région et la sécurité internationale », a-t-il ajouté.

Le Coordonnateur pour le Moyen-Orient a aussi rappelé que « la paix ne peut être imposée unilatéralement », avant de se féliciter des efforts déployés par les pays de la région pour remettre sur la table l'Initiative de paix arabe, qui est une partie intégrante de la Feuille de route du Quatuor.

Abordant la situation au Liban, Alvaro de Soto a réitéré le soutien des Nations Unies au dialogue national qui sera lancé, le 2 mars prochain, qui portera sur l'enquête menée sur l'assassinat de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri, sur l'application de la résolution résolution 1559 (2004) du Conseil de sécurité et sur les relations du Liban avec la Syrie.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.