Afrique des Grands Lacs : première visite conjointe des directeurs du HCR, du PAM et de l'UNICEF

21 février 2006

Les directeurs des trois plus grandes agences humanitaires des Nations Unies – HCR, PAM, UNICEF - ont annoncé aujourd'hui qu'elles partiraient samedi, pour la première fois en mission conjointe, dans la région des Grands Lacs afin d'attirer l'attention de la communauté internationale sur le sort des millions de réfugiés, déplacés et rapatriés, en Afrique et partout dans le monde.

« Alors que les média et les humanitaires s'intéressent principalement à la sécheresse grandissante qui sévit dans la Corne de l'Afrique, les agences humanitaires des Nations Unies réclament une plus forte mobilisation pour mettre en exergue les problèmes persistants auxquels doivent faire face les réfugiés dans le monde – la plupart d'entre eux en Afrique », indique un communiqué conjoint du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), du Programme alimentaire mondial (PAM) et du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), publié aujourd'hui à Genève et à New York.

António Guterres, directeur du HCR, James T. Morris, directeur du PAM et Ann Venneman, directeur de l'UNICEF se rendront en République démocratique du Congo (RDC), au Rwanda et au Burundi, du 25 février au 2 mars prochain, a annoncé Jennifer Pagonis, porte-parole du HCR, lors d'une conférence de presse donnée aujourd'hui à Genève.

« Cette mission conjointe – la première jamais effectuée par les directeurs des trois agences des Nations Unies – est aussi le symbole de leur collaboration étroite pour améliorer le sort des réfugiés », a ajouté la porte-parole.

Les agences humanitaires des Nations Unies ont récemment attiré l'attention sur la situation en République centrafricaine où sévit une grave crise humanitaire « négligée » par la communauté internationale et en RDC où 1.200 personnes meurent quotidiennement des effets conjugués du conflit armé, de la malnutrition et de la maladie (voir notre dépêche du 17 février 2006 et notre dépêche du 10 février 2006).

Concernant la Corne de l'Afrique, les dernières estimations du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) indiquent que 11 millions de personnes sont menacées par la faim et que 40% de la population souffre de sous-alimentation dans la région.

Jean Ziegler, expert indépendant de la Commission des droits de l'homme des Nations Unies, rappelait hier qu'en vertu du droit à l'alimentation, les Etats étaient dans l'obligation de venir en aide aux populations menacées par la famine (voir notre dépêche du 20 février 2006).

Hier également, le nouvel Envoyé spécial pour la situation humanitaire dans la Corne de l'Afrique, Kjell Magne Bondevik, était arrivé à Nairobi pour effectuer une première visite de terrain dans la région (voir notre dépêche du 20 février 2006).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.