Erythrée/Ethiopie : Kofi Annan met en garde contre le risque d'escalade

16 février 2006

Qualifiant la situation entre l'Ethiopie et l'Erythrée « d'extrêmement préoccupante », le Secrétaire général a alerté aujourd'hui contre le risque « d'erreur de calcul » qui pourrait dégénérer en conflit ouvert.

« Les deux gouvernements semblent convaincus qu'il n'y aura pas une nouvelle guerre, mais dans ce genre de situation, où deux armées se font face à face, il peut y avoir une erreur de calcul », a déclaré aujourd'hui le Secrétaire général, lors d'une rencontre avec la presse à New York, à l'issue d'un déjeuner de travail avec les membres du Conseil de sécurité.

image• Retransmission du point de presse de Kofi Annan[12mins]

« Cela peut ne pas être intentionnel mais on ne peut l'écarter », a précisé le Secrétaire général.

« Il est donc important qu'ils procèdent à une désescalade en coopération avec la communauté internationale, afin qu'ils mettent en œuvre leurs accords et qu'ils reprennent le dialogue », a affirmé Kofi Annan.

La question de l'Ethiopie et de l'Erythrée a fait l'objet aujourd'hui d'un exposé du Sous-Secrétaire général aux opérations de maintien de la paix, Hédi Annabi, lors d'une réunion informelle du Conseil de sécurité.

Dix membres du personnel de la Mission des Nations Unies en Éthiopie et en Érythrée (MINUEE) restent en détention, a par ailleurs informé aujourd'hui le porte-parole du Secrétaire général, lors de son point de presse quotidien, au siège de l'ONU à New York (voir notre dépêche du 15 février 2006).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.