Ethiopie/Erythrée : une réunion de la Commission de démarcation attendue dans les prochaines semaines

8 février 2006

Alors qu'expire bientôt le délai de 30 jours accordé par le Conseil de sécurité à une mission de conciliation américaine avant d'envisager un redéploiement de la Mission des Nations Unies en Ethiopie et en Erythrée, l'ambassadeur des Etats-Unis a indiqué qu'une réunion des parties et de la Commission de démarcation était attendue dans les prochaines semaines.

Jean-Marie Guéhenno a présenté aujourd'hui au Conseil de sécurité un exposé sur la situation entre l'Ethiopie et l'Erythrée, notamment sur les conséquences des restrictions qui continuent d'être imposées par le gouvernement érythréen à la Mission des Nations Unies chargée de surveiller le cessez-le-feu entre l'Ethiopie et l'Erythrée (MINUEE), a informé le porte-parole du Secrétaire général, Stéphane Dujarric, lors de son point de presse quotidien, au siège de l'ONU à New York.

A l'issue de cette réunion informelle, le président du Conseil de sécurité pour le mois de février, l'ambassadeur des Etats-Unis John Bolton, a indiqué que la mission de conciliation menée à l'heure actuelle par son pays poursuivait les efforts diplomatiques.

Le 9 janvier dernier, le président du Conseil de sécurité avait indiqué qu'il attendrait le résultat d'une initiative lancée par les Etats-Unis pour engager la mise en œuvre de la délimitation de la frontière entre l'Erythrée et l'Ethiopie avant de se prononcer sur les propositions formulées par le Secrétaire général quant au futur de la MINUEE (voir notre dépêche du 9 janvier 2006).

« Afin de ne pas lancer de signaux dans un sens ou un autre, j'ai demandé au Conseil de sécurité à ce que l'on préserve le statu quo sur la MINUEE pour 30 jours », avait précisé l'ambassadeur des Etats-Unis.

« Nous espérons obtenir une réunion des témoins des Accords d'Alger [qui marquait le cessez-le-feu entre les parties] dans les prochaines semaines, conformément aux recommandations du Secrétaire général visant à ce qu'elles acceptent de reprendre la démarcation », a-t-il affirmé aujourd'hui.

John Bolton a indiqué attendre également une réunion de la Commission du tracé de la frontière entre l'Érythrée et l'Éthiopie.

En réponse à la question d'un journaliste qui lui demandait ce qui se passerait si le délai de 30 jours expirait en l'absence d'un accord, John Bolton a indiqué aujourd'hui que la réunion informelle d'aujourd'hui avait aussi abordé la question d'un redéploiement.

image• Retransmission du point de presse de l'ambassadeur des Etats-Unis [7mins]

Dans son dernier rapport au Conseil de sécurité, publié le 6 janvier dernier, le Secrétaire général estimait que la situation de la Mission des Nations Unies en Éthiopie et en Érythrée était de plus en plus « intenable ».

Le rapport définit six options à l'attention du Conseil de sécurité, parmi lesquelles figurent le déplacement de la MINUEE, sa réduction à une mission de liaison et son retrait total.

La MINUEE confirmait par ailleurs que la situation militaire dans la zone provisoire de sécurité (TSZ) et les régions voisines demeurait « tendue et potentiellement explosive ».

Le gouvernement érythréen, qui réclame la démarcation de la frontière avec l'Ethiopie, a soumis depuis le mois d'octobre la MINUEE à une interdiction de survol du territoire par ses hélicoptères, à des entraves à sa circulation, et à une expulsion d'une partie de son personnel, mesures condamnées par le Conseil de sécurité et le Secrétaire général (voir notamment notre dépêche du 5 octobre, notre dépêche du 24 octobre et notre dépêche du 7 décembre 2005).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.