Sud-Liban : le Conseil de sécurité proroge le mandat de la FINUL

31 janvier 2006

Le Conseil de sécurité a prorogé aujourd'hui de six mois le mandat de la force des Nations Unies au Liban, chargée de surveiller le cessez-le-feu le long de sa frontière sud avec Israël.

Réuni pour examiner la question de la situation au Moyen-Orient, le Conseil de sécurité a adopté aujourd'hui, à l'unanimité, la résolution 1655 par laquelle il décide de proroger, jusqu'au 31 juillet 2006, la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL).

Le Conseil souligne le caractère « intérimaire » de la FINUL et déclare avoir bon espoir que la force exécute « rapidement » son mandat.

La FINUL avait été établie en 1978 pour confirmer le retrait des troupes israéliennes du sud du Liban, rétablir la paix et la sécurité internationales et aider le Gouvernement libanais à assurer le rétablissement de son autorité effective dans la région.

Dans sa nouvelle résolution, le Conseil de sécurité réaffirme par ailleurs « son attachement à l'intégrité territoriale, à la souveraineté et à l'indépendance politique du Liban à l'intérieur de ses frontières internationalement reconnues et sous l'autorité unique et exclusive du Gouvernement libanais ».

Par conséquent, il condamne « tous les actes de violence, y compris les derniers incidents graves qui ont été déclenchés du côté libanais à travers la Ligne bleue et qui ont fait des morts et des blessés des deux côtés » se déclare « très préoccupé par les graves infractions et les violations de la ligne de retrait par les voies maritime et terrestre ainsi que par les violations aériennes » et demande instamment aux parties d'y mettre fin.

Le Conseil appuie aussi « les efforts que la FINUL ne cesse de déployer pour maintenir le cessez-le-feu le long de la ligne de retrait pour parachever l'exécution de son mandat, tout en soulignant que les parties ont la plus grande part de responsabilité à cet égard ».

Il encourage enfin la force à « s'attacher également à aider le gouvernement libanais à asseoir son autorité dans le Sud ».

Lors d'un exposé sur la situation au Moyen-Orient au Conseil de sécurité, la Sous Secrétaire générale aux affaires politiques de l'ONU a indiqué aujourd'hui qu'au-delà des efforts de la FINUL, le Représentant personnel du Secrétaire général pour le Liban, Geir Pedersen, avait continué de tenir des consultations en vue d'explorer les moyens visant à réduire les tensions le long de la Ligne bleue.

Elle a ajouté que le Premier ministre libanais, Fouad Seniora, avait engagé des consultations avec les autres formations politiques afin de renforcer l'unité nationale.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.