Kofi Annan félicite Ellen Johnson Sirleaf qui prend la présidence du Libéria

16 janvier 2006

Le Secrétaire général a félicité aujourd'hui Ellen Johnson Sirleaf pour son entrée en fonction à la présidence du Libéria, qui marque la fin d'une période de transition de deux ans, et a appelé la communauté internationale à aider le nouveau gouvernement à consolider son autorité.

« Je transmets mes plus sincères félicitations à Ellen Johnson Sirleaf pour son entrée en fonction à la présidence du Libéria qui fait d'elle la première femme élue Chef d'État en Afrique. Je félicite également le peuple du Libéria qui, par des moyens pacifiques et un processus électoral transparent, a confié à Mme Sirleaf le mandat historique de mener la nation vers une paix et une stabilité durables », a déclaré aujourd'hui le Secrétaire général, à l'occasion de la prestation de serment.

« La mise en place d'un gouvernement élu démocratiquement met un terme à une période de transition de deux ans tel que cela avait été stipulé dans l'Accord de paix global d'Accra du 18 août 2003 », rappelle le message.

A cet égard, Kofi Annan rend hommage à Charles Gyude Bryant pour « l'efficacité avec laquelle il a dirigé le gouvernement national de transition du Libéria pendant cette période ».

« Le nouveau gouvernement élu démocratiquement doit faire face à des défis qu'il est urgent de relever, y compris la restructuration du secteur de la sécurité, le perfectionnement de la gouvernance économique, la stimulation de la croissance, la consolidation de l'état de droit et de la protection des droits de l'homme ainsi que celle de l'autorité de l'État sur tout le territoire, le rétablissement des services essentiels », souligne le Secrétaire général.

« Face à ces défis, le peuple du Libéria dispose d'une occasion unique qui est de bâtir ensemble une société inclusive et juste qui garantisse la participation de tous, sans distinction d'affiliation politique ou ethnique », ajoute Kofi Annan.

Le Secrétaire général appelle aussi la communauté internationale à « aider le nouveau gouvernement à consolider son autorité, à tirer parti de la stabilité établie jusqu'ici et à fournir des services de base au peuple ».

Il assure enfin le nouveau gouvernement du soutien continu de la famille des Nations Unies au Libéria.

Le 28 décembre dernier, le Secrétaire général avait nommé l'Américain Jordan Ryan au poste de représentant spécial adjoint pour le redressement et la bonne gouvernance au Libéria, à compter du 1er janvier 2006 (voir notre dépêche du 28 décembre 2005).

Dans la résolution 1521, votée à l'unanimité le 21 décembre dernier, le Conseil de sécurité avait reconduit, pour une nouvelle période de 12 mois, les embargos sur les armes, les diamants et le bois imposés au Libéria (voir notre dépêche du 21 décembre 2005).

Le 23 novembre dernier, Ellen Johnson Sirleaf était désignée vainqueur du scrutin présidentiel (voir notre dépêche du 23 nombre 2005).

Dans la résolution 1637, votée à l'unanimité le 11 novembre dernier, le Conseil de sécurité avait autorisé la Mission des Nations Unies au Libéria (MINUL) à placer en détention l'ancien président Charles Taylor, s'il retournait dans son pays, et à le transférer au Tribunal spécial pour la Sierra Leone pour qu'il y soit jugé devant le Tribunal spécial (voir notre dépêche du 11 novembre 2005).

Le 11 octobre dernier, après 14 ans de guerre civile et deux années de transition, les Libériens étaient appelés aux urnes. Deux candidats étaient en vue : Ellen Johnson Sirleaf, diplômée de Harvard et ex-ministre des Finances sous William Tolbert, et la star du football George Weah, Ballon d'or 1995 (voir notre dépêche du 10 octobre 2005).

Dans sa résolution 1626, votée à l'unanimité le 19 septembre dernier, le Conseil de sécurité prolongeait le mandat de la (MINUL) jusqu'au 31 mars 2006 en vue des élections présidentielles (voir notre dépêche du 20 décembre 20005).

Créée par la résolution 1509, la MINUL entre en fonction le 1er octobre 2003.

En août 2003, un Accord de paix global était signé.

Une rébellion dans le nord du pays ainsi que la pression internationale avaient conduit le président Charles Taylor à démissionner en 2003, puis à partir en exil au Nigeria.

En juillet 1997, Charles Taylor gagnait les élections présidentielles.

En août 1996, la guerre civile, l'une des plus atroces du continent africain, qui a fait au total 250.000 morts et contraint un quart de la population à se déplacer, se terminait.

Plus ancienne république d'Afrique, le Liberia était tombé dans l'instabilité au début des années 80, après le coup d'Etat de Samuel Doe.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.