Chine : le PNUE publie son rapport sur la catatrophe de l'usine pétrochimique de Jilin

12 janvier 2006

L'agence des Nations Unies pour l'environnement a rendu public aujourd'hui son rapport sur les causes de l'explosion, au mois de novembre dernier, de l'usine pétrochimique de Jilin, en Chine, entraînant la pollution du fleuve Songhua, dans lequel elle formule un certain nombre de recommandations au gouvernement chinois.

L'agence des Nations Unies pour l'environnement a rendu public aujourd'hui son rapport sur les causes de l'explosion, au mois de novembre dernier, de l'usine pétrochimique de Jilin, en Chine, entraînant la pollution du fleuve Songhua, dans lequel elle formule un certain nombre de recommandations au gouvernement chinois.

Un certain nombre de recommandations ont été formulées dans le rapport sur les causes de l'explosion de l'usine pétrochimique de la ville de Jilin, dans le nord-est de la Chine, publié aujourd'hui par le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE) et réalisé à la suite d'une mission effectuée sur le terrain au mois de décembre, indique un communiqué publié aujourd'hui à Nairobi.

Le rapport rédigé par une équipe de quatre personnes du PNUE recommande à la Chine de déterminer les risques posés par ses usines chimiques, à partir d'échantillonnages aléatoires, afin de renforcer les mesures de protection, de réduire les risques d'accident et d'améliorer la capacité de réaction aux accidents éventuels.

Précisant qu'« au cours de la phase initiale suivant l'explosion, le partage des informations du gouvernement avec la population locale n'a pas été suffisant pour assurer la mise en œuvre de réponses adéquates au sein de la population affectée », le PNUE recommande aussi que le gouvernement améliore sa communication avec les communautés locales en cas de catastrophe.

Le PNUE se tient prêt à aider les autorités chinoises à mettre en œuvre ces recommandations.

Ce rapport sera transmis à la Fédération de Russie, également affectée par l'explosion. Le fleuve Songhua, un important affluent du fleuve Amour, traverse en effet une partie du territoire russe avant de se déverser dans la mer d'Okhotsk

Le rapport a aussi approuvé le programme commun de surveillance établi récemment entre la Chine et la Russie, en le qualifiant d'étape encourageante vers une coopération multilatérale approfondie pour les ressources en eau communes.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.