Elections palestiniennes : les candidats doivent renoncer à la violence, affirme le Quatuor

28 décembre 2005

Le Quatuor pour le Moyen-Orient a souligné aujourd'hui l'importance des prochaines élections législatives palestiniennes, appelant les candidats et les futurs membres du gouvernement à reconnaître le droit à l'existence d'Israël et à renoncer à la violence. Le Quatuor a engagé les parties à parvenir à un accord sur la tenue des élections à Jérusalem.

« Le Quatuor a salué aujourd'hui les prochaines élections au Conseil législatif palestinien comme un pas positif vers la consolidation de la démocratie palestinienne et l'objectif d'un règlement du conflit israélo-palestinien fondé sur la création de deux Etats », indique une déclaration transmise aujourd'hui par le porte-parole du Secrétaire général.

Le Quatuor pour le Moyen-Orient, composé des États-Unis, de la Fédération de Russie, de l'ONU et de l'Union européenne, a appelé à garantir des élections « libres, équitables et transparentes » conformément au droit palestinien.

« Ceux qui souhaitent participer au processus politique ne doivent pas être engagés dans des groupes armés ou des milices, car il existe une contradiction fondamentale entre ces activités et l'édification d'un Etat démocratique », affirme le Quatuor qui réitère ainsi son message du 20 septembre dernier (voir notre dépêche du 20 septembre 2005).

A cet égard, le Quatuor appelle « tous les participants à renoncer à la violence, à reconnaître le droit à l'existence d'Israël et à désarmer ».

Le Quatuor se déclare encouragé, dans cette perspective, par les négociations visant à établir un « Code de conduite gouvernant la participation aux élections législatives ».

Il engage aussi l'Autorité palestinienne à « prendre des mesures pour garantir la sécurité des bureaux de vote et du personnel de la Commission centrale électorale », notamment en mettant en œuvre « l'interdiction du port d'armes en public, du financement externe des campagnes électorales et de l'utilisation des lieux de culte à des fins électorales ».

L'Autorité palestinienne devrait prendre des mesures supplémentaires en « interdisant aux partis de poursuivre leurs objectifs par la violence » et en introduisant rapidement ces dispositions dans le droit palestinien, ajoute le Quatuor.

En particulier, poursuit la déclaration, « le futur Cabinet de l'Autorité palestinienne ne devrait comprendre aucun membre qui ne serait pas engagé en faveur des principes affirmant le droit d'Israël à exister en paix et en sécurité et qui n'aurait pas renoncé sans ambiguïté à la violence et au terrorisme ».

Les membres du Quatuor ont par ailleurs appelé « les deux parties à mettre en place un mécanisme permettant aux résidents de Jérusalem à exercer leurs droits démocratiques légitimes ».

Selon les informations parues dans la presse, le gouvernement israélien avait annoncé le 21 décembre dernier qu'il n'autoriserait pas le déroulement de l'élection à Jérusalem-Est si le Hamas [Mouvement de la résistance islamique], milice qui a inscrit à son programme la destruction de l'Etat d'Israël, participait à ces élections. Cette annonce avait conduit l'Autorité palestinienne - dont le parti dirigeant, le Fatah, était en proie à une scission - à envisager de suspendre la tenue des élections.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.