Liberia : le Secrétaire général appelle les contestataires à respecter le résultat des élections

14 décembre 2005

Le Secrétaire général s'est déclaré aujourd'hui préoccupé par les récents troubles à Monrovia, capitale du Libéria, et par les tensions qui ont résulté des manifestations des partisans du Congress for Democratic Change (CDC) de George Weah, pour protester contre les résultats de l'élection présidentielle du 8 novembre dernier.

« Le Secrétaire général appelle les dirigeants et partisans du Congress for Democratic Change (CDC) [Rassemblement pour le changement démocratique] de respecter les résultats certifiés par les instances internationales et d'adhérer aux normes universellement consacrées relatives à la gouvernance démocratique et à l'Etat de droit », indique un message

transmis aujourd'hui par son porte-parole.

« Les dirigeants du CDC et leurs partisans devraient s'abstenir de toute forme de violence, laquelle est absolument inacceptable, et laisser leurs plaintes suivre le cours du processus judiciaire établi par le cadre électoral libérien », souligne Kofi Annan.

Dans son message, le Secrétaire général a appelé « tous les Libériens à travailler ensemble pour mettre le pays sur le cap de la stabilité politique, du développement économique et social et pour renforcer l'ordre public dans le pays ».

Le 23 novembre dernier, le Secrétaire général avait félicité «chaleureusement» l'économiste Ellen Johnson-Sirleaf, vainqueur du scrutin présidentiel du 8 novembre dernier au Libéria et première femme présidente d'un État africain (voir notre dépêche du 23 novembre 2005).

Les résultats transmis par la Commission électorale libérienne indiquaient que Ellen Johnson-Sirleaf du Parti de l'unité avait obtenu 59,4% des voix et que George Weah, du Congrès pour le changement démocratique, avait recueilli 40,6% du total des votes validés ».

Le message soulignait que la Commission électorale libérienne « poursuivrait ses auditions relatives aux plaintes reçues concernant le déroulement des élections présidentielles, conformément aux procédures légales existantes ».

Selon les informations parues dans la presse, des affrontements ont eu lieu entre la police et les partisans de George Weah, ancien footballeur et candidat à l'élection présidentielle, qui a publiquement contesté les résultats du scrutin.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.