Pakistan : l'appel d'urgence de l'ONU financé à 40% seulement

13 décembre 2005

La Coordination humanitaire des Nations Unies indique aujourd'hui que son appel d'urgence pour les victimes du tremblement de terre en Asie du Sud n'est financé qu'à hauteur de 40%, alors que 75% des réfugiés en altitude ont besoin d'une assistance supplémentaire, et que les conséquences du tremblement de terre d'une magnitude de 6,7 qui a frappé hier la région de l'Hindou Kush, au nord-est de l'Afghanistan, ne sont pas encore connues au Pakistan.

Plus de neuf semaines après le tremblement de terre qui a fait plus de 70.000 morts, l'appel d'urgence lancé par les Nations Unies d'un montant de 500 millions de dollars ne reste financé qu'à hauteur de 40%, indique un communiqué du Bureau de la coordination des affaires humanitaires publié aujourd'hui (OCHA).

De toute urgence, les victimes du tremblement de terre en Asie du Sud ont encore besoin de 2,4 millions de couvertures, de 170.000 bâches en plastique et de 200.000 toiles goudronnées, a indiqué le porte-parole du Secrétaire général, Stéphane Dujarric, lors de son point de presse quotidien, au siège de l'ONU à New York.

« Au Pakistan, une récente et rapide évaluation menée par les Nations Unies et les ONG, concernant les 3.000 familles affectées par le tremblement de terre au-dessus de 1500m d'altitude, a conclu que quelque 75% des familles ont besoin d'une amélioration supplémentaire des structures et de protection face au froid », a déclaré par ailleurs à Genève Jennifer Pagonis, porte-parole du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), lors d'un point de presse au Palais des Nations à Genève.

L'étude fait également clairement état du fait qu'environ 3.000 tentes nécessiteront une amélioration structurelle ou devront être remplacées complètement. Davantage de couvertures, d'édredons, de bâches en plastique et de toiles goudronnées sont nécessaires d'urgence pour aider les survivants du séisme à rester au chaud pendant l'hiver, a ajouté la porte-parole.

« Dans le cadre de la campagne de l'équipement contre les températures hivernales, le HCR a déjà distribué 322.904 couvertures, 60.875 bâches en plastique, 3.751 réchauds et 1.209 sacs de couchage. En plus de cela, 250.025 couvertures, 77.281 bâches en plastiques et 28.993 réchauds supplémentaires sont en cours d'acheminement vers les zones affectées », a précisé Jennifer Pagonis.

« Dans le même temps, nous continuons de transporter des biens de secours vers le Pakistan. Ce week-end, 27 000 cuisinières ont été transportées par avion au Pakistan depuis la Jordanie et la Turquie par des vols commerciaux affrétés par le HCR, financés par le Département britannique pour le développement international », a-t-elle ajouté.

« Mercredi, nous espérons pouvoir distribuer 25.000 autres bâches en plastique venant de Copenhague et 25.000 bâches en plastique venant de l'Afghanistan, alors que 13.000 réchauds arriveront d'Iran par la route. Nous avons également acheté 200.000 couvertures en Inde et 50.000 couvertures molletonnées en Chine », a-t-elle encore dit.

Pour aider les survivants du tremblement de terre à utiliser au mieux ces biens de secours, le HCR a demandé à un groupe de réfugiés afghans de faire une démonstration des techniques qu'ils utilisent pour se protéger des rigueurs de l'hiver dans les camps organisés et spontanés.

Selon le HCR, cinq camps dans la Province frontière du Nord-Ouest ont maintenant des tentes modèles avec des bâches en plastique recouvrant les tentes et utilisées comme tapis de sol. Les réfugiés afghans ont également reçu des conseils pour l'utilisation des réchauds dans un igloo en terre pour réduire le danger d'incendie des tentes, tandis que les équipes mobiles de gestion des camps ont montré aux populations des camps comment construire et utiliser ces structures.

« Le HCR soutient actuellement les autorités pakistanaises et les organisations non gouvernementales dans 40 camps accueillant 55.000 personnes. Nous avons également dénombré 333 autres camps spontanés qui se sont créés dans la zone du séisme. Au total, plus de 183.000 personnes vivent actuellement dans ces camps », a conclu Jennifer Pagonis.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.