Le Conseil de sécurité condamne l'attentat du député libanais Gebrane Tueni

12 décembre 2005

Le Conseil de sécurité a condamné aujourd'hui l'assassinat du député et journaliste libanais Gebrane Tueni, connu pour ses positions anti-syriennes, après avoir reçu le deuxième rapport Mehlis qui rend compte des progrès de la Commission d'enquête sur l'assassinat de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri.

« Les auteurs de cet acte et des précédentes attaques contre des leaders politiques et des représentants de la société civile au Liban, dont le but est manifestement de nuire à la sécurité, à la stabilité, à la souveraineté, à l'unité nationale, à l'indépendance politique du Liban et à la liberté de la presse dans le pays, répondront tôt au tard de leurs crimes », a affirmé Emy Jones Parry, représentant permanent du Royaume Uni auprès des Nations Unies et président du Conseil de sécurité pour le mois de décembre, dans une déclaration présidentielle, faite aujourd'hui à l'issue de consultations à huis clos sur le Liban.

Les membres du Conseil de sécurité ont reçu aujourd'hui du Secrétaire général le deuxième rapport du magistrat Detlev Mehlis qui décrit notamment les efforts de la Commission d'enquête, sur l'assassinat de l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri, pour obtenir la coopération des autorités syriennes(voir notre première dépêche d'aujourd'hui et notre seconde sur la question).

« Choqué » et « consterné », le Secrétaire général a aussi condamné aujourd'hui « fermement » l'assassinat de Gibran Tueni, « défenseur infatigable d'un Liban souverain et d'une presse libre » (voir notre dépêche d'aujourd'hui).

Dans son message, le Secrétaire général réitère son appel pour la pleine mise en œuvre de la résolution 1559 du Conseil de sécurité et demande que « les auteurs et les instigateurs de l'attaque d'aujourd'hui et des autres attaques soient traduits devant la justice pour mettre un terme à l'impunité ».

La résolution 1559, adoptée le 2 septembre 2004 par le Conseil de sécurité, exigeait le rétablissement de la souveraineté du Liban, toujours entravé par la présence de milices armées dans le pays, notamment le Hezbollah (voir notre dépêche du 3 novembre 2005).

Selon les informations parues dans la presse, Gibran Tueni, président-directeur général du conseil d'administration du quotidien Al-Nahar, connu pour ses positions anti-syriennes, a été tué aujourd'hui dans un attentat à la voiture piégée, 24 heures après son retour de Paris où il avait séjourné ces derniers mois se sentant menacé dans son pays.

Trois autres personnes ont péri dans cet attentat perpétré dans la banlieue est de Beyrouth.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.