Côte d'Ivoire : Kofi Annan salue la nomination de Charles Konan Banny au poste de Premier ministre

6 décembre 2005

Le Secrétaire général s'est félicité hier de la nomination de Charles Konan Banny au poste de Premier Ministre de la Côte d'Ivoire et a encouragé son gouvernement à mettre en oeuvre, avec le Groupe de travail international, la feuille de route pour la période de transition qui doit conduire à des élections présidentielles dans le courant de l'année prochaine.

Le Secrétaire général s'est félicité hier de la nomination de Charles Konan Banny au poste de Premier ministre de la Côte d'Ivoire et a encouragé son gouvernement à mettre en oeuvre, avec le Groupe de travail international, la feuille de route pour la période de transition qui doit conduire à des élections présidentielles dans le courant de l'année prochaine.

« Le Secrétaire général félicite les parties ivoiriennes de cet important premier pas vers la mise en œuvre de la décision de l'Union africaine du 6 octobre 2005 endossée par le Conseil de sécurité dans sa résolution 1633 », indique un message transmis hier par le Bureau du porte-parole.

« Il est particulièrement reconnaissant aux présidents Obasanjo, Mbeki et Tandja, qui ont tant contribué à cette décision », ajoute le message.

Le Secrétaire général a par ailleurs exhorté les parties à coopérer pleinement avec Charles Konan Banny et encouragé son gouvernement à mettre en oeuvre, avec le Groupe de travail international, la feuille de route pour la période de transition.

Il l'a aussi encouragé à travailler avec le Haut représentant pour les élections « afin de résoudre le blocage au sein de la Commission électorale indépendante ».

Kofi Annan félicite enfin le Premier Ministre sortant, Seydou Diarra, « pour les efforts importants qu'il a consentis pour la cause de la paix dans son pays ».

Charles Konan Banny, gouverneur de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'ouest (BCEAO), a été désigné dimanche dernier Premier ministre de Côte d'Ivoire après plus d'un mois de tergiversations entre les parties ivoiriennes et la médiation africaine.

Dans une déclaration à la presse faite le 30 novembre dernier, le Conseil de sécurité avait appelé les parties ivoiriennes à nommer un Premier ministre sans plus tarder, ainsi qu'il l'avait exigé dans sa résolution 1633, entérinant le maintien au pouvoir du président Gbagbo jusqu'à l'organisation d'élections démocratiques, au plus tard en octobre 2006 (voir notre dépêche du 30 novembre 2005).

Le 27 octobre dernier, le Secrétaire général avait appelé toutes les parties ivoiriennes à s'engager à mettre en œuvre la résolution 1633 (voir notre dépêche du 27 octobre 2005).

Dans sa résolution 1633, adoptée le 21 octobre dernier, le Conseil de sécurité avait souscrit à la décision de l'Union africaine (UA), prise le 6 octobre dernier à Addis-Abbeba, selon laquelle le président de la Côte d'Ivoire, Laurent Gbagbo, demeurerait chef de l'État après le 31 octobre 2005, face à l'impossibilité d'organiser des élections présidentielles à la date prévue, le 30 octobre 2005.

Le Conseil de sécurité avait également prié l'UA de consulter immédiatement toutes les parties ivoiriennes en vue de la nomination d'un Premier ministre « acceptable » pour toutes les parties ivoiriennes signataires de l'Accord de Linas-Marcoussis (voir notre dépêche du 21 octobre 2005 et notre dépêche du 14 octobre 2005).

Hier, Juan Mendez, Conseiller spécial du Secrétaire général pour la prévention du Génocide, a appelé les autorités ivoiriennes à mettre fin au cycle de l'impunité afin de remédier à la méfiance et à la haine entre communautés, alimentées notamment par les média (voir notre dépêche du 5 décembre 2005).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.