Appel humanitaire 2006 : Kofi Annan appelle à la mise en œuvre des engagements du sommet mondial

30 novembre 2005

Le Secrétaire général a plaidé aujourd'hui, lors lancement de l'Appel humanitaire 2006, pour les 31 millions de sinistrés, « survivants des conflits ou des catastrophes naturelles », qui appellent désespérément à l'aide, rappelant les Etats Membres aux engagements pris lors du sommet mondial de septembre.

Ceux qui appellent à l'aide, « ce sont les femmes et les enfants du Darfour et de la République centrafricaine que menacent les conflits, les villageois du Guatemala qui ont perdu leurs maisons dans les inondations et les cyclones, les civils d'Ouganda, de la République démocratique du Congo (RDC) et du Burundi qui fuient devant les troubles, les affamés du Niger, du Mali et du Burkina Fao », a déclaré aujourd'hui le Secrétaire général, lors de la cérémonie de lancement de l'Appel humanitaire 2006, à New York.

Au cours de cette cérémonie, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a lancé un appel à contributions de 4,7 milliards de dollars pour venir en aide à 31 millions de sinistrés dans 26 pays (voir notre dépêche d'aujourd'hui).

image• Cérémonie de lancement de l'Appel humanitaire[40mins]

« Dans un monde d'abondance, ce qu'ils endurent encore est une tache sur notre conscience. Beaucoup d'entre eux se sentent oubliés, car ils sont non seulement les victimes de catastrophes terribles, mais aussi les sinistrés d'un monde où la douleur doit s'afficher sur nos écrans de télévision ou avoir pour théâtre des lieux stratégiques pour que nous consentions à délier nos bourses », a déploré le Secrétaire général.

Kofi Annan a estimé que « les appels globaux sont le meilleur moyen dont dispose la communauté internationale pour soutenir l'action humanitaire », en ce qu'ils sont le « reflet de ce qui se passe sur le terrain, là où les ONG, la Croix-Rouge et les organismes internationaux s'efforcent ensemble de cerner les besoins, de hiérarchiser les urgences et de coordonner les interventions ».

« Cette année, pour la première fois, chaque appel regroupe les projets des organisations non gouvernementales et les initiatives des organismes des Nations Unies », a précisé le Secrétaire général.

« Le montant que nous réclamons aujourd'hui est loin d'être négligeable mais il n'est pas énorme par rapport à ce qu'il faut entreprendre. En fait, il est encore inférieur à ce que le monde dépense en 48 heures pour s'armer : deux jours de dépenses militaires contre une année d'aide humanitaire vitale! Pour 31 millions d'êtres humains! », a-t-il souligné.

Le Secrétaire général a par ailleurs insisté sur la nécessité de financer l'appel en totalité et d'y parvenir le plus rapidement possible.

« Le passé nous enseigne que les appels globaux ne sont financés qu'à 68 %. Le dixième seulement des contributions est versé pendant le premier trimestre de chaque année. Et encore, cela varie grandement d'une crise à l'autre », a-t-il affirmé.

« Les versements tardifs ou incomplets prolongent inutilement les tragédies et coûtent en vain des vies humaines », a-t-il déploré.

« C'est pourquoi, a rappelé le Secrétaire général, l'ONU a proposé la création d'un Fonds mondial d'urgence qui financerait les premiers secours chaque fois qu'une crise se déclenche » (voir notre dépêche du 16 septembre 2005).

Il a par ailleurs annoncé la convocation d'une conférence des donateurs à Genève, au début de janvier 2006.

Le Secrétaire général a enfin rappelé les Etats aux engagements qu'ils ont pris au sommet mondial, soulignant que le document final demandait que « le financement de l'aide humanitaire soit plus rapide et plus prévisible », que « soient constituées à l'avance sous les auspices de l'ONU des réserves permettant d'intervenir à temps dans les crises humanitaires » et que soit « renforcée la coordination entre les divers partenaires de l'action humanitaire ».

image• Retransmission de la conférence de presse de Jan Egeland[48mins]

L'Appel humanitaire 2006 sur le site du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA)

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.