Darfour : Kofi Annan appelle les parties à négocier un accord global

29 novembre 2005

A l'occasion du lancement d'un nouveau cycle de pourparlers à Abuja, le Secrétaire général a appelé aujourd'hui les parties à négocier un accord global et à mettre fin aux atrocités perpétrées depuis plus de trois ans, dans la région du Darfour au Soudan, par les forces rebelles et gouvernementales, provoquant le déplacement de près de 2 millions de personnes.

« Le Secrétaire général accueille avec satisfaction le lancement aujourd'hui, à Abuja au Nigeria, du 7e cycle des pourparlers de paix intersoudanais sur le Darfour, conduits par l'Union africaine (UA) », indique un message transmis aujourd'hui par son porte-parole.

« Le Secrétaire général lance un appel ferme aux parties au processus de paix d'Abuja – le gouvernement et les dirigeants du Mouvement/Armée de Libération du Soudan et du Mouvement pour la justice et l'égalité - pour qu'elles cessent immédiatement tous les actes de violence et les atrocités sur le terrain », ajoute le message.

Il appelle aussi les parties « à négocier un accord de paix juste et global » et à « coopérer pleinement avec la Mission de l'Union africaine au Soudan (MUAS) et la Mission des Nations Unies au Soudan (MINUS) ».

Dans son dernier rapport sur la région du Darfour au Soudan, le Secrétaire général avait prévenu que « la menace de l'anarchie totale se rapprochait, en particulier au Darfour-Ouest, où les seigneurs de guerre, les bandits et les milices se montrent de plus en plus agressifs » (voir notre dépêche du 22 novembre 2005).

« L'intensification redoutable de la violence au Darfour sévit maintenant depuis deux mois. Elle compromet gravement l'acheminement de l'aide humanitaire, fait des morts parmi la population civile et le personnel de la Mission de l'Union africaine au Soudan (MUAS) et assombrit de nouveau les perspectives de retour des personnes déplacées dans certaines zones », avait rapporté le Secrétaire général dans son rapport.

Le conflit qui fait rage depuis plus de trois ans au Darfour et qui oppose les forces rebelles aux forces gouvernementales a provoqué le déplacement de près de 2 millions de personnes et affecté près de 3,5 millions de Soudanais.

Voir également notre dépêche du 20 octobre sur le rapport du mois de septembre.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.