La déforestation se poursuit à un rythme alarmant, s'inquiète la FAO

14 novembre 2005

Même si elle ralentit, la déforestation, qui fait disparaître quelque 13 millions d'hectares chaque année dans le monde, se poursuit à un rythme alarmant, s'inquiète l'agence des Nations Unies pour l'agriculture qui publie aujourd'hui une nouvelle évaluation des ressources forestières mondiales.

« Chaque année, la déforestation fait disparaître quelque 13 millions d'hectares de forêts dans le monde. Néanmoins, le taux de pertes nettes de forêts ralentit grâce aux nouvelles plantations et à l'expansion naturelle des forêts existantes », indique l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) dans un communiqué publié aujourd'hui à Rome.

Selon la FAO, les pertes nettes de superficies boisées enregistrées entre 2000 et 2005 se sont élevées à 7,3 millions d'hectares/an, soit une superficie équivalant à la Sierra Leone ou à Panama. Ce chiffre est en recul par rapport aux 8,9 millions ha/an estimés entre 1990 et 2000.

Ces chiffres ressortent des conclusions de l'Evaluation des ressources forestières mondiales 2005, l'étude la plus complète réalisée à ce jour dans ce domaine.

« Elle présente un tableau détaillé de la manière dont nous gérons et exploitons nos forêts et montre qu'en dépit d'importants progrès accomplis, les ressources forestières disparaissent ou se dégradent malheureusement à un rythme alarmant », a déclaré Hosny El-Lakany, Sous-Directeur général de la FAO au Département des forêts.

Selon la nouvelle évaluation, entre 2000 et 2005, l'Amérique du Sud a connu les plus grandes pertes nettes de forêts – environ 4,3 millions d'hectares par an – suivie de l'Afrique qui a vu disparaître 4 millions d'hectares de forêts par an.

L'Océanie, l'Amérique du Nord et l'Amérique centrale ont subi chacune une perte nette de quelque 350.000 hectares, tandis que l'Asie est passée d'une perte nette d'environ 800.000 hectares/par an dans les années 1990 à un gain net d'un million d'hectares par an entre 2000 et 2005, essentiellement dû à un vaste programme de boisement en Chine.

Les superficies boisées d'Europe ont continué à s'étendre, bien qu'à un rythme plus lent que dans les années 1990.

Les forêts primaires — c'est-à-dire les forêts sans signes visibles d'activités humaines passées ou présentes –, qui représentent 36% de la superficie forestière totale, disparaissent ou sont modifiées au rythme de 6 millions d'hectares par an, à cause de la déforestation ou de la coupe sélective.

Les plantations de nouvelles forêts et de nouveaux arbres augmentent, même si elles représentent encore moins de 5% des superficies forestières.

Les forêts couvrent près de 4 milliards d'hectares - soit 30 % - de la superficie émergée de la planète. Les deux tiers de cette surface sont concentrées dans 10 pays seulement : Australie, Brésil, Canada, Chine, Etats-Unis, Inde, Indonésie, Fédération de Russie, Pérou, République démocratique du Congo.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.