Le Conseil de sécurité condamne les attentats d'Amman

10 novembre 2005

Dans une déclaration présidentielle, le Conseil de sécurité a condamné aujourd'hui dans les termes les plus énergiques les attentats terroristes à l'explosif perpétrés, hier à Amman, capitale de la Jordanie.

« Le Conseil de sécurité réaffirme que le terrorisme sous toutes ses formes et dans toutes ses manifestations constitue l'une des plus graves menaces contre la paix et la sécurité internationales, et que tous les actes de terrorisme sont criminels et injustifiables, quel que soit leur mobile, quels que soient le lieu et le moment où ils sont commis et quels qu'en soient les auteurs », a déclaré aujourd'hui, au nom de ses 15 membres, son président pour le mois de novembre, l'ambassadeur de la Fédération de Russie, Andrey Denisov.

« Le Conseil de sécurité souligne qu'il faut traduire les auteurs, organisateurs, financiers et instigateurs de ces actes intolérables en justice, et il exhorte tous les États, en exécution des obligations que le droit international et les résolutions 1373 (2001) et 1624 (2005) mettent à leur charge, à coopérer avec le gouvernement du Royaume hachémite de Jordanie et, à cet égard, de lui fournir le cas échéant un appui et une assistance », a ajouté le président.

Le représentant permanent de la Jordanie, Zeid Ra'ad Zeid Al-Hussein, a remercié aujourd'hui les membres du Conseil de sécurité d'avoir adopté cette déclaration condamnant « les attentats perpétrés contre des civils innocents à Amman ».

Il a également remercié le Conseil pour la sympathie et les condoléances qu'il a exprimées à l'égard des victimes de ces attaques et de leurs familles.

Cette condamnation intervient après celle du Secrétaire général actuellement en tournée au Moyen-Orient. Dans un message transmis hier par son porte-parole, Kofi Annan a mis l'accent sur la nécessité pour les États Membres « d'adopter, aussi tôt que possible, une convention générale contre le terrorisme » (voir notre dépêche du 9 novembre 2005).

Selon les informations parues dans la presse, les attentats perpétrés dans trois hôtels d'Amman ont fait au moins 56 morts et plus d'une centaine de blessés.

Sur les nombreux appels du Secrétaire général pour l'adoption d'une convention sur le terrorisme et sur les oppositions à une telle convention, voir notre dépêche du 7 octobre 2005

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.