Séisme au Pakistan : OCHA tire la sonnette d'alarme

31 octobre 2005

Le Bureau de la Coordination humanitaire a prévenu aujourd'hui que la perspective d'une « deuxième vague » de victimes continue de planer sérieusement au Pakistan, alors que trois semaines après le séisme, des milliers de blessés sont toujours coupés du monde, isolés dans les zones montagneuses, sans nourriture et sans abri.

Le Bureau de la Coordination humanitaire a prévenu aujourd'hui que la perspective d'une « deuxième vague » de victimes continue de planersérieusement au Pakistan, alors que trois semaines après le séisme, des milliers de blessés sont toujours coupés du monde, isolés dans les zones montagneuses, sans nourriture et sans abri.

Le Bureau de la Coordination des affaires humanitaires (OCHA) est particulièrement préoccupée par les populations vivant au-dessus de 2.000 mètres d'altitude, indique un communiqué publié aujourd'hui.

Dans un communiqué publié également aujourd'hui, le Programme alimentaire mondial (PAM) a annoncé qu'il allait être forcé de laisser ses hélicoptères à terre, faute de moyens suffisants pour les faire voler.

Ces hélicoptères sont pourtant le seul moyen d'atteindre des centaines de milliers de survivants isolés dans les zones montagneuses, souligne l'agence.

Le PAM n'a reçu que 10% des 100 millions de dollars nécessaires pour faire fonctionner les hélicoptères qui permettent d'apporter une aide alimentaire aux victimes et des fournitures humanitaires aux populations isolées.

« Avec l'arrivée de l'hiver et de la neige, de plus en plus d'endroits seront isolés », a souligné le PAM.

« C'est tragique d'avoir la capacité technique de sauver la majorité des survivants en leur apportant une alimentation de base pour l'hiver mais de ne pas pouvoir les atteindre par manque de fonds. Et c'est très inquiétant de savoir que la communauté internationale – qui a été si généreuse après le tsunami dans l'océan indien – ait échoué à répondre de manière adéquate à la crise », a affirmé Amir Abdulla, directeur du programme régional pour le PAM.

L'OMS, qui n'a reçu que 11 millions de dollars sur les 27,57 millions demandés dans son appel de fonds, avait déjà alerté vendredi dernier sur la « deuxième vague » de victimes (voir notre dépêche du 28 octobre 2005).

Si les Etats Membres ont doublé leurs promesses de contribution, jeudi dernier à Genève, lors de la conférence des donateurs pour le Pakistan, les fonds effectivement débloqués, restent insuffisants pour faire face à la crise, avait indiqué Jan Egeland, Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence de l'ONU (voir notre dépêche du 27 octobre 2005 et celle du 26 octobre 2005).

Face à un cauchemar logistique sans précédent, le Coordonnateur avait appelé, le 20 octobre dernier, à la mise en place d'un pont aérien, semblable à celui de Berlin, pour venir en aide aux dizaines de milliers de personnes toujours coupées du monde (voir notre dépêche du 20 octobre 2005).

Le Secrétaire général avait lancé, le 19 octobre dernier, un appel à accroître les contributions financières et matérielles aux 4 millions de personnes touchées par le tremblement de terre au Pakistan, prévenant qu'une « deuxième vague » de victimes était à craindre si l'on n'agissait pas au plus vite (voir notre dépêche du 19 octobre 2005).

Le tremblement de terre qui a frappé le nord est du Pakistan, le nord de l'Inde et la région du Cachemire a déjà fait 53.000 morts.

Voir l'Appel d'urgence du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA)

Faire un don en réponse à l'appel humanitaire des Nations Unies

Faire un don au Programme alimentaire mondial (PAM)

Faire un don au Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF)

Faire un don au Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR)

Faire un don à l'Organisation mondiale de la santé (OMS)

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.