Kofi Annan salue l'inculpation par la CPI de six membres de l'Armée de résistance du Seigneur

7 octobre 2005

Le Secrétaire général a salué aujourd'hui l'inculpation par la Cour pénale internationale de six membres de l'Armée de résistance du Seigneur, groupe armé qui sème la terreur en Ouganda depuis 19 ans, estimant que la Cour lançait un message fort contre l'impunité.

« Je pense que les inculpations par la Cour pénale internationale (CPI) de membres de la LRA constituent un événement très important », a déclaré aujourd'hui le Secrétaire général lors d'une conférence de presse donnée à Berne, en réponse à une question sur l'Armée de résistance du Seigneur (Lord's Resistance Army, LRA), groupe armé connu pour ses activités sanguinaires dans le nord de l'Ouganda.

« Trois dossiers sont maintenant soumis à la CPI : le Darfour, la République démocratique du Congo (RDC) et la LRA », a rappelé le Secrétaire général.

« Je pense que l'inculpation de quelque 6 membres de la LRA »– la CPI n'ayant pas rendu public l'acte d'accusation – « transmet aux prétendants au titre de 'Seigneur de guerre' que cela n'est plus acceptable, qu'ils seront tenus pour responsables, qu'ils seront poursuivis et que l'impunité n'est pas acceptable », a-t-il affirmé.

Avec ses ressources naturelles, l'Afrique pourrait prospérer s'il y régnait la stabilité, a estimé le Secrétaire général.

« J'ai souvent fait savoir aux dirigeants africains que les conflits des autres pays étaient aussi leurs affaires, parce que de nos jours les conflits internes ne le restent pas pendant très longtemps. En peu de temps, toute une région est affectée, les réfugiés se dispersent et les conflits font fuir les investisseurs », a-t-il fait savoir.

William Lacy Swing, Représentant spécial du Secrétaire général pour la République démocratique du Congo (RDC), avait révélé hier l'inculpation de plusieurs membres dirigeants de la LRA, précisant néanmoins que l'identité des inculpés n'avait pas été donnée.

Lors d'une conférence de presse donnée à New York, il avait également abordé les récentes incursions du groupe armé ougandais au nord de la RDC.

Interrogé sur la possibilité que certains membres de la LRA puissent se rendre et sur le sort qui les attendraient, il avait indiqué que ceux qui faisaient l'objet d'un mandat d'arrêt de la CPI y seraient envoyés et que les autres seraient renvoyés en Ouganda (voir notre dépêche du 6 octobre 2005).

Les agissements de la LRA, dirigée par son chef mystique Joseph Kony, qui prétend instaurer une théocratie en Ouganda sur la base des dix commandements, a fait depuis 1987 près de 100.000 morts, causé le déplacement de près de 2 millions de personnes qui vivent dans des camps aux conditions sanitaires déplorables et enlevé près de 25 000 enfants, transformés en machines à tuer et en esclaves sexuels. La

LRA est tristement célèbre pour ses campagnes de pillage, de massacres, de mutilations et d'enlèvement d'enfants.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.