Darfour : Jan Pronk appelle les parties à négocier de bonne foi

3 octobre 2005

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour le Soudan, Jan Pronk, est de retour d'Abuja, au Nigeria, où il a eu des discussions sur les pourparlers de paix au Darfour et appelé les parties à négocier de bonne foi, a indiqué aujourd'hui le porte-parole du Secrétaire général.

Jan Pronk s'est entrenu avec le Médiateur de l'Union africaine, Salim Ahmed Salim, ainsi qu'avec les délégations des parties, le gouvernement du Soudan, l'Armée/mouvement de libération du Soudan (A/MLS) et avec le Mouvement pour la justice et l'égalité (JEM selon son acronyme anglais).

Le Représentant spécial et chef de la Mission des Nations Unies au Soudan (UNMIS selon son acronyme anglais) a engagé les parties à avancer sur les négociations de procédure, qui ont pris près de six jours pour passer aux questions de fond, a indiqué le porte-parole du Secrétaire général, Stéphane Dujarric, lors de son point de presse quotidien, au siège de l'ONU, à New York.

Jan Pronk a aussi appelé les parties à « négocier de bonne foi en vue d'un règlement final de la crise au Darfour », qui en presque trois ans a déjà affecté près de 3,4 millions de personnes et provoqué le déplacement de plus de 2 millions de civils

Kofi Annan a condamné avec force vendredi l'escalade de la violence au Darfour, non seulement contre les civils mais aussi le personnel humanitaire (voir notre dépêche du 30 septembre 2005).

Mercredi dernier, Jan Egeland, Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires, prévenait que si la violence continuait à s'intensifier au Darfour, les 11 000 travailleurs humanitaires qui portent secours à plus de 2,5 millions de personnes ne pourront pas maintenir leurs opérations (voir notre dépêche du 28 septembre 2005).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.