Le Conseil de sécurité, réuni au sommet, condamne le terrorisme sous toutes ses formes

14 septembre 2005

Dans une résolution adoptée aujourd'hui à l'unanimité de ses membres réunis, fait exceptionnel, au niveau des chefs d'Etat et de gouvernement, le Conseil de sécurité a condamné « avec la plus grande fermeté tous les actes de terrorisme, quels qu'en soient les motifs, où qu'ils soient commis et quels qu'en soient les auteurs » et l'incitation au terrorisme.

Dans sa résolution, le Conseil de sécurité condamne « avec la plus grande fermeté tous les actes de terrorisme, quels qu'en soient les motifs, où qu'ils soient commis et quels qu'en soient les auteurs, en tant qu'ils constituent l'une des plus graves menaces contre la paix et la sécurité », selon une formulation identique à celle contenue dans le document final du sommet mondial 2005 qui se déroule en parallèle à l'ONU (voir notre dépêche du 13 septembre 2005).

Le Conseil de sécurité appelle en conséquence les États à interdire par la loi l'incitation à commettre un ou des actes terroristes et à refuser l'asile à toute personne coupable d'une telle incitation.

La résolution appelle par ailleurs « tous les États à coopérer, notamment en vue de renforcer la sécurité de leurs frontières internationales, en particulier en luttant contre la falsification des documents de voyage, et, dans la mesure du possible, en améliorant la détection des terroristes et les formalités visant à assurer la sécurité des passagers ».

Les membres du Conseil appellent en outre tous les États à « approfondir le dialogue et favoriser une meilleure compréhension entre les civilisations afin d'empêcher le dénigrement systématique des autres religions et cultures ».

Ils réitèrent donc la condamnation de « l'incitation aux actes terroristes motivés par l'extrémisme et l'intolérance ».

Le Conseil charge par ailleurs le Comité contre le terrorisme d'inclure ces efforts dans ses travaux et de lui rendre compte dans un délai de 12 mois de l'application de la présente résolution.

Prenant la parole après l'adoption de la résolution par les chefs d'Etats et de gouvernement réunis au Conseil de sécurité, notamment George W. Bush, Tony Blair, Dominique de Villepin, Vladimir Putine, Hu Jintao et Lula da Silva, le Secrétaire général a estimé justifié l'accent mis en marge du sommet sur la lutte contre le terrorisme.

« Nous devons d'abord empêcher les terroristes de choisir les groupes isolés d'adopter le terrorisme comme tactique. Il nous faut donc adopter une convention d'ensemble qui interdise le terrorisme sous toutes ses formes. Il faut aussi que les leaders religieux et la société civile prennent la parole pour condamner le terrorisme », a-t-il déclaré.

« Deuxièmement, il faut priver les terroristes des moyens de mener leurs attaques, surtout les armes de destruction massive », a-t-il indiqué, appelant les Etats membres à signer la convention pour la répression des actes de terrorisme nucléaire.

« Troisièmement, il faut empêcher les Etats de soutenir le terrorisme, et que ceux qui le font sachent que le Conseil n'hésitera pas à agir contre eux ».

« Quatrièmement, il faut développer la capacité des Etats membres à prévenir le terrorisme, ce qui comprend la promotion de la bonne gouvernance et de l'état de droit ».

A cet égard, Kofi Annan a salué la création d'un Fonds pour la démocratie, remerciant les quelque 30 Etats qui y ont participé.

« Cinquièmement, il faut protéger les droits de l'homme », « afin d'empêcher les terroristes de détruire le tissu social des Etats qu'ils attaquent ».

« Enfin, n'oublions pas les victimes du terrorisme », a-t-il ajouté, engageant les Etats à établir un fonds international en leur faveur.

image• Retransmission de la séance du Conseil de sécurité[78mins]

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.