Côte d'Ivoire : le Conseil de sécurité menace d'imposer des sanctions individuelles

31 août 2005

Dans une déclaration à la presse, le Conseil de sécurité a de nouveau menacé d'imposer des sanctions individuelles contre les Ivoiriens qui bloquent le processus de paix en Côte d'Ivoire.

« La médiation sud-africaine a indiqué qu'elle poursuivra ses efforts, avec l'appui des Nations Unies et de l'Union africaine, pour assurer la tenue en Côte d'Ivoire d'élections libres, justes, transparentes dans les délais prévus, seule issue à la crise », a déclaré aujourd'hui à la presse l'ambassadeur du Japon et président du Conseil de sécurité, Kenzo Oshima, à la suite de consultations à huis clos sur l'évolution de la situation dans le pays.

Des élections présidentielles sont prévues en Côte d'Ivoire au mois d'octobre prochain.

« La médiation sud-africaine a également souligné que le temps était aujourd'hui à la mise en oeuvre de bonne foi et sans délais des accords signés par toutes les parties ivoiriennes », a ajouté le président du Conseil.

« Les membres du Conseil de sécurité ont réitéré leur entière disposition à prendre toutes les mesures qu'ils estimeront nécessaires, y compris l'imposition de sanctions individuelles, en vue d'assurer le respect des résolutions du Conseil de sécurité », a-t-il prévenu.

Le 15 novembre 2004, le Conseil de sécurité avait adopté la résolution 1572 qui prévoit des sanctions individuelles - interdiction de voyager et gel des avoirs – pour notamment les Ivoiriens qui bloqueraient le processus de paix.

Les membres du Conseil de sécurité ont entendu auparavant les exposés du ministre de la Défense de la République sud-africaine, du représentant permanent du Nigeria et de Pierre Schori, Représentant spécial du Secrétaire général pour la Côte d'Ivoire.

A l'issue de la réunion du Conseil de sécurité, Pierre Schori a donné une conférence de presse au siège de l'ONU à New York.

image• Retransmission de la conférence de presse [40mins]

Le 23 août dernier, il avait dénoncé toute déclaration appelant au renversement des institutions de la république (voir notre dépêche du 23 août dernier).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.