Niger : Kofi Annan demande une augmentation rapide de l'aide internationale

24 août 2005

A l'issue d'une visite de deux jours au Niger, pays du Sahel en proie à une grave crise nutritionnelle, le Secrétaire général de l'ONU a lancé un appel à la communauté internationale pour qu'elle augmente rapidement son aide, avant que la situation ne s'aggrave plus encore.

« Les prochaines récoltes n'auront pas lieu avant la fin du mois de septembre. Si l'aide n'augmente pas très rapidement, la crise risque de s'aggraver encore au cours des prochaines semaines », a déclaré aujourd'hui à Niamey le Secrétaire général, lors d'une conférence de presse donnée à l'issue d'une visite de deux jours au Niger.

« La visite que je viens d'effectuer m'a permis de voir de mes propres yeux la gravité de la crise alimentaire qui frappe certaines régions du Niger et d'apporter aux populations affectées un message de soutien. Je suis aussi venu pour mobiliser davantage la communauté internationale », a encore dit Kofi Annan.

« Hier, à Zinder, j'ai vu des enfants décharnés, entre la vie et la mort. Leurs mères avaient marché de longues distances pour trouver l'aide qui pourrait les sauver. Leur courage et leur dignité dans l'épreuve sont remarquables », a-t-il raconté.

Après avoir visité un hôpital du gouvernement et une clinique tenue par Médecins sans frontières (MSF) à Zinder, dans le sud-est du pays, le Secrétaire général s'est rendu à Niamey où il a rencontré le président Mamadou Tandja et le Premier ministre.

« J'ai aussi été frappé par la volonté que les Nigériens ont de se battre et de trouver des solutions locales face à cette crise dans un cadre de développement durable et autogéré », a souligné le Secrétaire général lors de sa conférence de presse.

« Le gouvernement prend des mesures qui vont dans le bon sens dont notamment la distribution gratuite de vivres aux plus vulnérables et l'accès gratuit aux soins d'urgence en créant un fonds de solidarité. J'ai eu l'occasion d'en discuter avec le président Tandja qui m'a accompagné hier tout au long de ma visite à Zinder », a-t-il précisé.

« La situation est d'autant plus difficile que la crise alimentaire touche non seulement le Niger mais aussi d'autres pays du Sahel. Il faut une stratégie régionale à long terme qui s'attaque aux causes structurelles de cette situation », a-t-il fait remarquer.

Plus de trois millions de personnes sont actuellement victimes de la faim au Niger et plus de cinq millions de personnes sont confrontés à une pénurie alimentaire dans la région due aux mauvaises récoltes causées par une sécheresse prolongée et des invasions répétées de criquets pèlerins.

« Les ONG font un travail vital sur le terrain. Les agences des Nations Unies au Niger, notamment l'UNICEF, le PAM, le FNUAP, l'OMS et le PNUD, font elles aussi un travail formidable en matière d'aide d'urgence depuis plusieurs mois. L'ONU entend collaborer plus étroitement encore avec le gouvernement nigérien et les autres pays de la sous région pour éviter la répétition de telles crises », a par ailleurs indiqué Kofi Annan.

« J'appelle la communauté internationale à fournir les aides immédiates qui sauvent des centaines de vies chaque jour. Une crise nutritionnelle de cette envergure est inacceptable au vingt-et-unième siècle ».

Le 5 août dernier, les Nations Unies avaient réévalué à 81 millions de dollars les fonds nécessaires pour faire face à la crise alimentaire qui sévit au Niger (voir notre dépêche du 5 août dernier).

Le 19 mai dernier, les Nations Unies avaient lancé un appel de fonds d'un montant d'un montant de 16 millions de dollars pour venir en aide à 3,6 millions de personnes touchées par la crise (voir notre dépêche du 20 mai).

La réponse tardive des donateurs aux appels des Nations Unies pour remédier à la crise a eu pour conséquence d'aggraver la crise, entraînant une spectaculaire augmentation des coûts, avait déjà estimé James Morris, directeur du Programme alimentaire mondial (PAM) le 3 août dernier.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.