Le Secrétaire général salue l'accord entre le gouvernement indonésien et le mouvement séparatiste d'Aceh

15 août 2005

Kofi Annan salue la signature aujourd'hui à Helsinki d'un accord préliminaire de paix entre le gouvernement indonésien et le Mouvement de libération d'Aceh.

Dans un message publié aujourd'hui, le Secrétaire général espère que cet accord préliminaire sera pleinement appliqué afin qu'une paix durable puisse prévaloir dans la province d'Aceh après un conflit long de presque trente ans. « Les habitants d'Aceh méritent un avenir de paix », déclare-t-il.

« Kofi Annan félicite les deux parties pour être parvenues à un règlement pacifique du différend qui les oppose, par la voie du dialogue ».

« Le Secrétaire général réitère son appel aux deux parties pour qu'elles démontrent une volonté et un engagement continus pendant l'application de l'accord préliminaire. Il prend note avec satisfaction de ce que cet accord préliminaire est un accord général, couvrant une large variété de questions qui vont de la gouvernance d'Aceh et des modalités de sécurité aux questions des droits de l'homme ».

« Kofi Annan salue le rôle de médiateur joué par Martti Ahtisaari tout le long du processus de négociation ».

L'ancien Président de la Finlande, qui a occupé des fonctions au sein de l'ONU à plusieurs reprises, n'agissait pas dans ce cadre lors de sa médiation.

Le Secrétaire général se déclare par ailleurs « encouragé d'apprendre que des observateurs de l'Union européenne et de plusieurs pays de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN) commencent dès aujourd'hui à se déployer dans la province d'Aceh en tant que composante de la mission de vérification ».

Selon les informations publiées dans la presse, le Mouvement Aceh libre renonce à l'indépendance mais obtient en contrepartie la création d'une « autonomie locale » soit davantage que « l'autonomie spéciale » accordée unilatéralement par le gouvernement indonésien en 2001.

Trois cents cinquante observateurs internationaux - 200 de l'Union européenne et 150 de l'ASEAN - vont être déployés dans la province d'Aceh pour surveiller l'application du cessez-le-feu et le désarmement des 5 000 combattants du GAM, lequel conditionnera le retrait des 50 000 soldats indonésiens.

Le Mouvement Aceh libre lutte depuis 1976 pour l'indépendance de la province la plus au nord de l'île indonésienne de Sumatra. Le conflit, qui est le plus ancien en Asie du Sud-Est, a fait 12 000 victimes, essentiellement civiles. La région a été la première touchée et la plus gravement affectée par le tsunami qui a ravagé l'Asie du Sud-Est en décembre 2004, l'épicentre du tremblement de terre se trouvant à quelques centaines de kilomètres seulement au large d'Aceh.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.