L'actualité mondiale Un regard humain

Haïti : nouvelle libération d'otage par les casques bleus à Bel Air

Haïti : nouvelle libération d'otage par les casques bleus à Bel Air

media:entermedia_image:87a82ec5-36be-40ad-bdfa-f91aea4f4da7
Une patrouille du bataillon brésilien de la Mission de l'ONU à Haïti a libéré, mardi 9 août à Port-au-Prince, un jeune homme d'une trentaine d'année, enlevé la veille. L'Envoyé de l'ONU a appelé les bandes armées à rentrer dans la légalité.

« Cette libération est survenue à l'intersection des rues Tiremasse et Dr Aubry du quartier Bel Air [un bidonville de Port-au-Prince], lorsque les casques bleus ont repéré un groupe d'individus à l'attitude suspecte et sont passés à l'action », indique un communiqué de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) publié hier à Port-au-Prince.

« Ceux-ci ont réussi à prendre la fuite, abandonnant sur place la victime. Il s'agit de la deuxième libération d'otage en moins de 24 heures dans l'aire métropolitaine où les cas d'enlèvement sont en nette diminution depuis la mi-juillet » (voir notre dépêche du 8 août 2005).

Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en Haïti, Juan Gabriel Valdés, a invité hier les bandes armées à déposer les armes et à reprendre le chemin de la légalité.

« Je lance, à nouveau, un appel pressant à ceux qui ont compris que la voie de la violence est vouée à l'échec, de chercher à rejoindre sans tarder le programme de désarmement, de démobilisation et de réinsertion de la MINUSTAH », a notamment déclaré M. Valdés lors d'un point de presse tenu la même journée, au cours duquel il a présenté un bref bilan de ses 12 premiers mois à la tête de la MINUSTAH.

« Nous sommes prêts à discuter avec ceux qui, jusqu'à présent, sont impliqués dans des actes de violence pour leur offrir la possibilité de participer à nos programmes », a poursuivi le chef de la MINUSTAH.