FAO : 5,4 millions de dollars nécessaires pour faire face à la pénurie de semences en Iraq

8 août 2005

L'Iraq a besoin de 5,4 millions de dollars pour reconstruire son industrie semencière, indique l'agence des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture. La pénurie de semences de qualité supérieure pourrait mettre en péril la sécurité alimentaire du pays.

L'Iraq ne peut assurer que 4 % de la demande nationale de semences de bonne qualité, la plupart des semences venant des réserves des agriculteurs et étant de qualité médiocre, prévient l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) dans un communiqué publié aujourd'hui à Rome.

L'Iraq a essuyé de graves pertes de semences à la suite de l'effondrement de son industrie semencière après la guerre de 2003, et il ne peut donc pas approvisionner ses agriculteurs en semences de variétés améliorées.

Selon la FAO, la quasi-totalité des générations de semences ont été perdues depuis la guerre, ainsi qu'une bonne partie de l'expertise semencière. Une grande partie des installations de recherche et de production de semences se sont fortement détériorées, les centres de recherche agricoles ayant été dévastés, leur matériel et leurs stocks pillés. Avant la guerre, le secteur semencier de l'Iraq, contrôlé par l'Etat, était relativement stable.

La FAO s'efforce de reconstruire une industrie semencière moderne et d'accroître la quantité et la qualité des semences en Iraq, en prenant appui sur son expérience avant la guerre dans le nord du pays. Le nouveau projet vise à remplacer le matériel des centres de recherche et de production des semences et à réparer ou à reconstruire les bâtiments endommagés, ce qui permettra aux laboratoires de procéder à des contrôles de qualité des semences.

La FAO aidera en outre à élaborer une politique et une loi nationales sur les semences, ce qui devrait contribuer à accroître progressivement le rôle du secteur privé dans la production semencière. Plus de 180 tonnes de semences-mères (blé, orge, riz, maïs) obtenues par la production locale et les importations serviront à la multiplication des semences.

"Tous les agriculteurs du pays, notamment les groupes vulnérables et marginalisés, tireront profit du projet de relèvement de l'industrie semencière", affirme Tekeste Tekie, responsable du projet de la FAO pour l'Iraq.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.