La négociation d'une convention sur les droits des personnes handicapées se poursuit à l'ONU

4 août 2005

Le Président du Comité spécial chargé d'élaborer une convention pour les droits et la dignité des personnes handicapées a exhorté les participants à accélérer l'examen des 15 articles restants sur les 25 que doit comporter la convention, afin de disposer d'un texte rapidement applicable.

Des délégués sont venus du monde entier participer aux travaux de la sixième session à New York du Comité spécial chargé d'élaborer une convention internationale globale et intégrée pour la protection et la promotion des droits et de la dignité des personnes handicapées, qui se réunit du 1er au 12 août. Le comité, créé en 2001, était parvenu à un accord sur 10 des 25 articles du projet de convention lors de sa cinquième session en février 2005, rappelle un communiqué publié le 1er août à New York.

Ismaela Konate, délégué malien et aveugle depuis 40 ans, a exprimé auourd'hui son espoir de voir les droits des personnes handicapées respectés. « Il est merveilleux que tous les pays réunis soient d'accord pour accorder aux personnes handicapées leurs droits, pour reconnaître qu'elles sont des personnes comme les autres et qu'elles doivent être intégrées comme tous les autres citoyens », a-t-il déclaré, estimant que les divergences portaient sur des questions de forme et non de fond.

« Qu'il y ait une volonté internationale représente déjà beaucoup », a-t-il déclaré dans une interview accordée aujourd'hui à la radio des Nations Unies. « Nous avançons doucement et je n'ai nul doute que nous parviendrons à une convention internationale grâce à cette volonté », a-t-il ajouté.

Ismaela Konate, qui est Chargé de mission au Ministère malien du développement social et Président de la Fédération des personnes handicapées au Mali, a ajouté que « les personnes handicapées ont les mêmes revendications, quel que soit leur handicap, telles que le droit à la vie et le droit au travail ».

« Chacun doit comprendre que les personnes handicapées doivent apporter leur contribution à leur pays et au monde. » « Nous devons montrer dans quelle mesure elles peuvent s'insérer dans le processus global du développement économique de leur pays », a-t-il déclaré.

Il a jugé que les Maliens avaient pris conscience depuis une trentaine d'années du fait que les personnes handicapées étaient capables d'apporter leur contribution au pays, même s'il a rappelé que la pauvreté empêchait que leur situation ne s'améliore du jour au lendemain. Cependant, a-t-il conclu, « le point commun entre toutes les régions du monde est la sauvegarde de la dignité humaine, sur laquelle tous les pays sont d'accord. »

- Ecouter, sur la radio de l'ONU, les deux entretiens avec Ismaela Konate (6 minutes 48) .

La future convention, composée de 25 articles, vise à garantir aux handicapés la jouissance de tous les droits de l'homme et libertés fondamentales. Elle permettra de définir de manière détaillée ces droits, qui s'appliqueront à quelque 600 millions de personnes dans le monde. La convention sera un instrument juridique contraignant dont l'objectif principal est de reconnaître aux personnes handicapées la dignité et la protection qu'elles sont en droit d'exiger.

Voir la page Internet en anglais sur le Comité spécial. Voir aussi la résolution 56/168 (2001) par laquelle l'Assemblée générale a institué le Comité.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.