ONUSIDA: le Brésil, modèle à suivre dans la lutte contre le VIH/sida

26 juillet 2005

Plaidant à Rio pour une riposte à long terme à l'épidémie, sous la forme d'un vaccin, le directeur de l'agence des Nations Unies contre le sida a cité le Brésil comme l'exemple à suivre à travers le monde pour assurer un traitement universel de la maladie.

« Alors que nous mettons en œuvre des mesures d'urgence pour assurer l'accès universel à la prévention et au traitement du sida, nous devons également mettre en place des mécanismes à plus long terme, tels que vaccins et microbicides, » a déclaré aujourd'hui Peter Piot, le directeur exécutif du Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA), à la 3e Conférence internationale de la Société internationale sur le sida, qui se tient à Rio de Janeiro du 24 au 27 juillet.

Dans un communiqué publié aujourd'hui à Rio, l'agence de l'ONU rend hommage à l'exemple du Brésil dans la lutte contre le sida.

« Le secteur public comme le secteur privé ont contribué au rôle de pionnier qu'a joué le pays dans sa riposte à l'épidémie grâce à un solide leadership politique, des politiques de prévention novatrices, l'expansion du traitement et un plaidoyer audacieux contre la stigmatisation et la discrimination ».

Le Brésil a été le premier pays en développement à réaliser l'accès universel au traitement du VIH, ainsi qu'aux services de prévention et de diagnostic. Le gouvernement garantit l'accès gratuit aux thérapies antirétrovirales à toute personne atteinte d'une infection au VIH avancée nécessitant un traitement. Aujourd'hui, la totalité des 158 000 personnes qui en ont besoin bénéficient d'un traitement gratuit par l'intermédiaire du système national de santé publique, indique ONUSIDA.

« Le pays a désormais atteint une nouvelle phase de la riposte, au cours de laquelle il doit aborder des défis nouveaux et complexes liés à la pérennité future de son vaste programme de lutte contre le sida ».

« Des solutions à plus long terme sont critiques, notamment pour ce qui est de répondre aux besoins en matière d'antirétroviraux de nouvelle génération, d'améliorer l'accès public aux médicaments contre le sida et aux services qui y sont liés par le biais de systèmes de fourniture élargis et de faire en sorte que les fonds soient dépensés de manière efficace », indique l'agence des Nations Unies.

Hier, l'Envoyé de l'ONU sur le VIH/sida en Afrique a lui aussi rendu hommage à l'attitude « incroyablement éclairée » des autorités du Brésil dans la lutte contre la pandémie (voir notre dépêche du 25 juillet 2005).

Voir les sites Internet des agences des Nations Unies :

- Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme

- Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA)

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.